Savoir combien gagne son collègue : "Plutôt une bonne idée" pour lutter contre les inégalités, selon Schiappa

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Pour la secrétaire d'Etat à l'égalité entre les femmes et les hommes, avoir le droit de connaitre le salaire de ses collègues pourrait être un moyen de lutter contre les discriminations en entreprise.

INTERVIEW

Désormais, les employées allemandes qui s'estiment sous-payées peuvent demander à connaitre le salaire de leurs collègues masculins. Une mesure de transparence, destinée notamment à lutter contre les inégalités de salaire entre les hommes et les femmes. Pour Marlène Schiappa, secrétaire d'Etat à l'égalité entre les femmes et les hommes, ce dispositif "est plutôt une bonne idée". Pour la responsable gouvernementale, une mesure similaire pourrait même voir le jour en France.

Transparence des salaires. "On est en train de travailler avec mes homologues européens sur le sujet de la transparence, et on est en train de travailler avec Muriel Pénicaud [la ministre du Travail, ndlr] sur ça", assure Marlène Schiappa, interrogée lundi au micro de la matinale d'Europe 1. "Les employeurs ont déjà des obligations de déclaration annuelle des salaires ; on pourrait avoir accès aux salaires, mais en terme de moyenne, avec des pourcentages d'écart. Je crois que la transparence pourrait être l'un des axes" de lutte en faveur d'une légalité salariale effective, estime-t-elle.

"A priori je ne pense pas que le président de la République serait contre, je ne vois pas pourquoi se serait incompatible" avec l'esprit d'initiative individuel promu par le chef de l'Etat, souligne encore Marlène Schiappa.

Mettre en place des sanctions. "Sur l'égalité salariale, il y a des lois qui existent depuis les années 1980, il y en a une quinzaine si on compte les décrets d'application. Ça ne marche pas. Il reste encore entre 12% et 27% d'écart de salaire", déplore Marlène Schiappa. "Il faut que l'on fasse de la pédagogie, de l'explication, de l'accompagnement des entreprises, notamment des PME, mais aussi des sanctions. Il n'est pas normal que de très grandes entreprises qui ont les moyens de mettre à disposition tous les outils nécessaires […]  et les moyens de les mettre en place, ne fassent rien", pointe la secrétaire d'Etat.

"On est en train de travailler dessus avec le Conseil supérieur de l'égalité professionnelle que je préside et la ministre du Travail", assure encore Marlène Schiappa qui promet, "d'ici quelques semaines, mois", de présenter "un plan dur et très concret".

>>> Retrouvez ci-dessous l'intégralité de l'interview de Marlène Schiappa par Patrick Cohen :