Saint-Just, l'avocat devenu candidat FN

  • A
  • A
Saint-Just, l'avocat devenu candidat FN
@ MaxPPP
Partagez sur :

PORTRAIT -  Peu connu du grand public, il est pourtant le candidat du FN aux municipales à Paris.

Non, la bataille de Paris n’appartient pas aux femmes, n’en déplaise à Anne Hidalgo (PS), Nathalie Kosciusko-Morizet (UMP) ou encore Marielle de Sarnez (MoDem). Certes, la capitale n’est pas une terre d’élection pour le Front national, où Marine Le Pen n’a fait que 6%  lors de l’élection présidentielle. Mais pour la patronne du FN, "il n’y a pas de fatalité". C’est donc un vieux de la vieille qui se lance, mercredi, sous les couleurs frontistes. "Un fidèle", Wallerand de Saint-Just. Wallerand qui ?

>> A LIRE AUSSI : NKM, Hidalgo : qui est la plus parisienne ?

Louis Aliot. 930620

© MAX PPP

Le politique. C'est à  37 ans que cet avocat de profession adhère au Front national. Le début d’une grande histoire entre lui et Jean-Marie Le Pen, à qui il restera toujours fidèle. "C’est le défenseur du Front !", affirme Louis Aliot (photo), vice-président du FN, contacté  par Europe1.fr. Très vite, Wallerand de Saint-Just grimpe dans la hiérarchie frontiste, avec comme point de départ de son ascension un poste de secrétaire départemental du Front national dans l'Aisne, son fief. Il devient ensuite conseiller municipal de Soissons de 1995 à 2008, puis conseiller régional de Picardie (de 1992 à 2004, réélu en 2010). De 2010 à 2012, il est aussi secrétaire départemental de la Somme, avant d’occuper la même fonction à Paris. Se rapprocher de la capitale, et quitter l’ombre pour la lumière.

Le candidat. Dans la capitale, face à des femmes ambitieuses et une sociologie électorale défavorable, Wallerand de Saint-Just part de loin. “Il ne faut pas juger sur les apparences. Wallerand est peut-être un peu vieille France, mais il a une vision moderne de la politique et de ce qu’il est nécessaire de faire comprendre aux Parisiens", rétorque Marine Le Pen. "Il vient certes de l’aristocratie, mais c’est aussi un homme de terrain", renchérit Louis Aliot. "Il est avocat au barreau de Paris depuis 30 ans, donc il a beaucoup de réseaux au Palais de justice. C’est un atout", poursuit le compagnon de Marine Le Pen.

Autre atout, selon plusieurs membres du FN interrogés : la concurrence qui lui sera opposée. "Entre NKM et Hidalgo, il y a un large espace. NKM, c’est une aubaine pour nous car elle ne se positionnera pas sur nos thématiques", explique ainsi , "l’homme du FN" à Hénin-Beaumont. "NKM, c’est la face B du disque ‘Anne Hidalgo’. Elles sont toutes les deux la meilleure représentation de ‘l’UMPS’ que nous dénonçons", métaphore Louis Aliot.

080215VDN620
Si le parti de Marine Le Pen nourrit de grandes ambitions pour ces élections municipales, il reste toutefois mesuré sur ses chances dans la capitale, bien qu’"il n’y a pas que des bobos à Paris", tente de se persuader Steeve Briois (photo). "A Paris, les choses ont évolué, les affaires à l’UMP ont laissé des traces. Avec une bonne campagne, Wallerand peut dépasser les 10%", espère Louis Aliot.

Le trésorier. A écouter les fidèles du Front, c’est son plus beau rôle. En 2007, le FN - qui s’est endetté à hauteur de huit millions d’euros pour sa campagne -, connait une débâcle électorale aux élections législatives. La plupart de ses candidats n'ont pu être remboursés de leurs frais de campagne. Le FN tire la langue et se résout à vendre son siège historique, à Saint-Cloud. "Au pire moment financier du FN, alors que l’on était perclus de dettes, c’était le seul à rester mesuré, plein d’espoir. Il a toujours eu foi en ce qu’il faisait", se souvient Louis Aliot, qui dépeint un homme "d’un calme olympien, rassurant." Pour Marie-Christine Arnautu, vice-présidente du FN, contactée par Europe1.fr, Wallerand de Saint-Just, "un camarade de combat idéologique qui fait partie du paysage du parti", est "surtout la cheville ouvrière du renouveau financier du FN."

IP3CMOR111110102

L’avocat. Il sait tout de Jean-Marie Le Pen. Le fondateur du FN a connu de nombreux démêlés judiciaires au cours de son parcours politique. A chaque fois, c’est Wallerand de Saint-Just qui monte au front pour défendre son patron. "Il connait parfaitement l’histoire de notre parti, notamment parce qu’il a été l’avocat de Jean-Marie Le Pen et a donc suivi tous les procès de l’intérieur", confirme Louis Aliot. Les débordements verbaux de Jean-Marie Le Pen ne l’ont jamais refroidi. "C’est quelqu’un de très engagé, toujours fidèle, même au moment des scissions", se félicite Marie-Christine Arnautu (photo). Fidélité, le mot revient comme un leitmotiv. Manque de notoriété, aussi.