Royal sur Notre-Dame-des-Landes : "tout le monde veut voter, on ne va pas s'en plaindre"

  • A
  • A
Partagez sur :

Ségolène Royal s'est réjoui sur Europe 1 de voir que plusieurs départements souhaitent participer au référendum annoncé par François Hollande. 

INTERVIEW

Le 11 février, François Hollande a annoncé que le sort du projet controversé d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes se décidera par référendum local, avant le début des travaux prévus en octobre. Invitée du Grand Rendez-vous d'Europe 1, la ministre de l'Environnement s'est réjoui de voir que plusieurs départements souhaitent participer à ce référendum. 

"Il ne faut pas brûler les étapes". Depuis l'annonce de la tenue d'un référendum avant le mois de novembre, les interrogations principales portent sur la date de ce référendum, sur la question qui sera soumise aux votants, et sur le périmètre de consultation. "le bon périmètre, la bonne question, c'est ceux qui vont obtenir une réponse consensuelle", estime à ce propos Ségolène Royal. "Il ne faut pas brûler les étapes. Les autres départements - voisins de la Loire Atlantique - réclament aussi de voter. S'ils réclament de voter, on ne va pas s'en plaindre. Il faut regarder tranquillement, assez vite, quel va être le périmètre de la consultation", déclare-t-elle. 

"Des crispations d'un autre âge". "Au départ, tout le monde était contre le référendum, maintenant ce référendum est réclamé", s'est réjoui la ministre de l'Environnement. Le gouvernement va à présent "mettre à plat" les options et éventuelles difficultés juridiques, afin d'organiser le référendum local sur le projet d'aéroport. Ségolène Royal espère à ce propos qu'un "peu d'intelligence collective" va remplacer "ces crispations et ces oppositions qui sont vraiment d'un autre âge".  

>> Suivez le Grand Rendez-Vous en direct :


Europe 1 Livepar Europe1fr