Régionales : le PS veut un référendum sur l'unité de la gauche

  • A
  • A
Régionales : le PS veut un référendum sur l'unité de la gauche
@ AFP
Partagez sur :

Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du PS, a annoncé l'organisation d'un référendum du "peuple de gauche" du 16 au 18 octobre. 

La gauche s'unira-t-elle pour les élections régionales ? On en est loin, mais c'est la question que veut poser le PS par référendum, du 16 au 18 octobre prochain. Jean-Christophe Cambadélis a annoncé l'organisation par son parti d'un vote du "peuple de gauche", lui demandant s'il est favorable à l'unité entre le PS et les autres partis de gauche aux régionales de décembre. "La question sera assez simple, vous le verrez dans quelques jours : elle portera sur 'oui ou non à l'unité dès maintenant pour les élections régionales ?'", a indiqué le premier secrétaire du Parti socialiste devant la presse à l'issue du conseil national, le "parlement" du PS, réuni à la Mutualité.

Un référendum "sur trois jours". Jean-Christophe Cambadélis a également précisé les conditions de ce vote. "Il se fera sur trois jours avec des urnes dans chaque marché et un site dédié pour pouvoir voter en ligne", a-t-il dit cité par le compte Twitter officiel du PS. "C'est un bon moyen de dépasser les partis tels qu'ils sont aujourd'hui et de s'adresser directement au peuple."

Un éclatement des forces à gauche. Le PS, qui dirige 21 des 22 régions actuelles de Métropole, redoute une nouvelle déroute électorale après celles subies aux élections municipales et européennes l'an dernier et départementales en mars. L'éclatement des forces promet de mettre la majorité gouvernementale en difficulté. Écologistes et communistes ont décidé de ne pas s'associer aux socialistes dans la plupart des régions, même s'ils les dirigent ensemble depuis plus de dix ans, et s'apprêtent à nouer localement des alliances avec d'autres formations, comme le Parti de Gauche. Au-delà même du résultat, les socialistes craignent d'être trop distancés par Les Républicains et le Front national au premier tour dans certaines régions, d’hypothéquer leurs chances de succès et d'être absents du jeu avec des scores trop faibles.