Raymond Soubie sur la loi El Khomri : "Si j'étais parlementaire, je voterais cette loi"

  • A
  • A
Partagez sur :

CONFIDENCE - L'ancien conseiller social de Nicolas Sarkozy s'est montré plutôt enthousiaste avec l'avant-projet de loi de la ministre du Travail.

INTERVIEW

Voilà un soutien qui risque de faire grincer quelques dents à gauche. Raymond Soubie, l'ancien conseiller social de Nicolas Sarkozy, a apporté un soutien prudent, mais un soutien quand même, à l'avant-projet de loi de Myriam El Khomri sur la réforme du code du travail. "Si j'étais parlementaire, je voterais cette loi", a-t-il confié.

Mais le président des sociétés de conseil Alixio et Taddeo tient à apporter une précision d'importance : "Je la voterais dans l'état dans lequel elle est aujourd'hui. J'insiste bien : dans l'état dans lequel elle est aujourd'hui. Car ce que je crains le plus, c'est l'essorage parlementaire parce que s'il n'y a pas de 49.3, je connais au Parlement un certain nombre d'experts au Parti socialiste, forts compétents en matière de droit du travail, qui vont se faire un plaisir de détricoter cette loi. Et on risque d'avoir un texte qui, in fine, sera plus contraignant pour les entreprises que la situation actuelle".



De nécessaires "majorités d'idées sur de grands sujets". Raymond Soubie a justifié le soutien qu'il apporte à cette loi. "Je pense que, dans l'état dans lequel est notre pays sur le plan de l'économie, sur le plan de l'emploi, et plus encore dans les têtes, je crois qu'il doit y avoir des majorités d'idées sur de grands sujets. Autrement, on n'avancera pas", a-t-il insisté. Reste à savoir maintenant quelle sera la position des parlementaires de droite sur un texte qui a déjà récolté 300.000 signatures de défiance dans une pétition lancée sur Internet.

"Admiratif" de Macron. Par ailleurs, l'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy a également eu des mots flatteurs pour le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron. "C'est quelqu'un de très intelligent, de charmeur, qui a le sens de la transgression. Je suis admiratif", a reconnu Raymond Soubie, qui goûte visiblement avec gourmandise de pouvoir donner son avis en toute liberté...

Ecoutez l'intégrale du Club de la Presse avec Raymond Soubie :