Raffarin sur Calais : "ces gens-là sont nos frères, c'est une question d'humanité majeure"

  • A
  • A
Partagez sur :

Au micro de Jean-Pierre Elkabbach, le sénateur Les Républicains de la Vienne et ancien Premier ministre a réitéré son appel à une réponse européenne sur les migrants. 

INTERVIEW

Invité dominical du Grand Rendez-Vous d'Europe 1, l'ancien Premier ministre a estimé que la situation à Calais, où une manifestation de soutien a quelque peu dégénéré samedi, durerait "jusqu'à ce que l'Etat s'occupe vraiment de ce dossier". 

"L'Etat ne peut pas rester spectateur". "Nous sommes en tension majeure, l'Etat ne peut pas rester spectateur", a martelé le sénateur Les Républicains de la Vienne. Pour lui, "nous sommes face à une question d'humanité majeure. Ces gens-là sont nos frères". Il appelle à une "vision européenne de l'immigration et de l'asile" et ne trouve "pas absurde" l'idée de quotas européens. Jean-Pierre Raffarin a aussi fustigé plusieurs manipulateurs : "il y a des manipulateurs économiques qui s'appellent les passeurs, mais il y a aussi des manipulateurs politiques derrière tout ça".

Un risque : celui de "casser notre continent". Le sénateur appelle à un "effort collectif" de l'Europe. "Je pense qu'il y a un grand danger : au moment où on voit monter des pays continents comme l'Inde, la Chine, le Brésil, au moment où on voit que notre monde est de plus en plus gouverné par des alliances de continent, c'est ce moment là que nous choisirions pour casser notre continent ?", s'est-il interrogé. "Pour aller s'engager dans des chemins de l'exil aussi difficiles et aussi compliqués, il faut d'immenses souffrances", a-t-il aussi tenu à rappeler.  


Retrouvez ici l'intégralité de l'entretien :