Ce que prévoit le plan de Valls contre le racisme et l'antisémitisme

  • A
  • A
Ce que prévoit le plan de Valls contre le racisme et l'antisémitisme
@ PATRICK KOVARIK / AFP
Partagez sur :

Le Premier ministre a présenté vendredi un plan de 100 millions d'euros sur trois ans, en dénonçant la hausse "insupportable" des actes racistes en France.

Manuel Valls a présenté vendredi à Créteil un plan de lutte contre le racisme et l'antisémitisme, doté de 100 millions d'euros sur trois ans. "Le racisme, l'antisémitisme, la haine des musulmans, des étrangers, l'homophobie augmentent de manière insupportable dans notre pays", a déploré le Premier ministre.

Rappelant que le gouvernement comptait "ne plus rien laisser passer", il a martelé que "les Français juifs ne devaient plus avoir peur d'être juifs" et que "les Français musulmans ne devaient plus avoir honte d'être musulmans". "Dans une France travaillée par le populisme, notre devoir est d'organiser le sursaut", a-t-il ajouté, en rappelant que "l'antisémitisme, le racisme, ne sont pas des opinions mais des délits".

Caractère aggravant. Il a détaillé les principales mesures du plan articulées autour de la justice, de l'école et d'internet. Comme l'avait voulu François Hollande, les paroles et actes racistes ne relèveront "plus du droit de la presse mais du droit pénal", avec des peines adaptées. Le caractère aggravant du racisme et de l'antisémitisme "sera en outre inscrit dans le droit pénal". Comme l'a révélé Europe 1, le plan de Manuel Valls prévoit également d'"autoriser par la loi les actions de groupe pour mieux lutter contre les discriminations", précise le document remis à la presse.

Une campagne de communication. "La passivité sur internet, c'est fini", a ajouté le Premier ministre, alors que le plan prévoit la mise en place d'une "unité de lutte contre la haine sur internet" et d'obliger les hébergeurs de contenu à "disposer d'une représentation juridique en France". Les 100 millions d'euros serviront notamment à financer une "grande campagne de communication", mais aussi des actions au niveau local, a précisé Gilles Clavreul, le délégué interministériel à la lutte contre le racisme et l'antisémitisme. "Il y aura aussi 25 millions par an pour des politiques de lutte contre le racisme" dans le cadre de la politique de la Ville, a-t-il ajouté.

>> LIRE AUSSI - Les Français hostiles à la discrimination positive