Rachida Dati : "Je voterai François Fillon"

  • A
  • A
Partagez sur :

Rachida Dati, soutien de Nicolas Sarkozy, a salué lundi, au micro d'Europe 1, le parcours de l'ancien chef de l'Etat, défait au premier tour de la primaire.

Elle fut une sarkozyste de la première heure. Rachida Dati, ancienne garde des Sceaux de Nicolas Sarkozy, a réagi au micro d’Europe 1 lundi matin à l’écrasante défaite de son poulain. "J’ai forcement une pensée émue pour Nicolas Sarkozy. Il a accepté l’échec, il n’en fait pas porter la responsabilité aux autres. Il assume. J'ai trouvé son discours très digne", a salué l’eurodéputée.

Un vote Fillon, malgré le passé... "Je voterai François Fillon", a-t-elle également indiqué, suivant ainsi les recommandations de Nicolas Sarkozy qui a donné, dimanche soir, son soutien à son ancien chef de gouvernement. "Lorsqu’il s’est présenté à Paris, là où je suis maire, sans que l’on puisse en parler, j’ai trouvé ça mal élevé", a cependant rappelé Rachida Dati, dont les relations avec François Fillon n’ont pas toujours été au beau fixe. Mais l'édile veut désormais tourner la page : "Je ne veux pas que l’on soit sur une droite de caste, un peu repliée sur elle-même. Donc j’espère qu’on va continuer sur cette droite ouverte, qui innove et qui parfois transgresse".

Sarkozy, sauveur de la droite. Rachida Dati a également tenu à saluer le parcours politique de Nicolas Sarkozy, et surtout son retour dans la vie politique, malgré la défaite de 2012. Un retour qui, selon elle, a sauvé la droite : "Je ne vous rappelle pas l’histoire épouvantable que l’on a eu dans notre famille politique", a déclaré Rachida Dati, évoquant "le match Copé-Fillon" pour la direction de l’ex-UMP. "En quelques mois, il [Nicolas Sarkozy] revient, il rassemble la famille politique, il remet le parti sur pied, il en change le nom, il lui donne une force de frappe – on gagne toutes les élections intermédiaires - , et il conduit le parti jusqu’à cette primaire qui a été un succès", a-telle énuméré. 

Une page se tourne. "Il est revenu utilement pour notre famille politique", conclut-elle au sujet de l'ancien président de la République, avant de lancer : "À partir d’aujourd’hui, c’est une autre histoire qui commence."