Marine Le Pen raille Sarkozy "l'Apollon"

  • A
  • A
Marine Le Pen raille Sarkozy "l'Apollon"
@ Reuters
Partagez sur :

LA PIQUE - La présidente du FN a rétorqué aux critiques de Nicolas Sarkozy sur son physique de façon laconique : "Venant d'un tel Apollon...".

La réplique ne s'est pas faite attendre. Marine Le Pen a ironisé vendredi au siège du FN à Nanterre, sur les propos rapportés de Nicolas Sarkozy sur le physique de la présidente du FN, lançant: "Venant d'un tel Apollon..."

"On connaissait l'incompétence de Sarkozy". Interrogé sur des propos rapportés dans un livre selon lequel l'ancien président aurait trouvé à la présidente du FN des airs de "déménageur", Marine Le Pen a répondu sur le fond avant de finir par une pique: "Quant aux analyses sur le physique, très modestement je n'y réponds pas, car venant d'un tel Apollon...".

Elle avait auparavant qualifié le livre de "piqûre de rappel. On savait, on connaissait l'incompétence de Nicolas Sarkozy à résoudre les problèmes de la France, mais peut-être les Français avaient oublié le caractère, avaient oublié l'homme, ce qui est sa violence, sa brutalité, son culot inouï. Ca leur rappelle aujourd'hui".

>> LIRE AUSSI - Pour Sarkozy, "tous des cons" à l'UMP

Sarkozy étrille la classe politique. Selon les propos rapportés dans ce livre, "Ca reste entre nous, hein?", écrit par deux journalistes du Parisien, l'ancien président étrille une large part de la classe politique en termes peu amènes.

"Tout dans ce qu'il dit démontre qu'il n'est pas là pour régler les problèmes de la France, mais pour prendre sa revanche contre un homme. Il ne lutte pas contre la politique de François Hollande, en tout cas dans les mots, il lutte contre François Hollande lui-même", a encore jugé Marine Le Pen. Face à l'"absence de qualités humaines du personnage, il faut d'urgence que Nicolas Sarkozy se regarde dans un miroir. Dans un miroir, il verra le seul responsable de son échec, de l'échec d'hier, et probablement de demain", a-t-elle ajouté.

>> LIRE AUSSI - Le clan Sarkozy reconnaît des couacs sur son retour