PS : comment régler le cas Thévenoud ?

  • A
  • A
PS : comment régler le cas Thévenoud ?
@ MAXPPP
9 partages

DILEMME - Devenu un paria à l'Assemblée nationale, l'ancien secrétaire d'Etat veut rebondir. Mais ses collègues ne sont pas tellement prêts à l'aider.

"J'ai quarante ans, il va bien falloir que je rebondisse". La confidence, faite à l'un de ses collègues députés, est signée Thomas Thévenoud. Encore loin de l'âge de la retraite, l'élu de Saône-et-Loire n'a pas d'autre métier que la politique. Pourtant, le Parti socialiste aimerait régler en douceur le cas de celui qui est devenu le paria de l'Assemblée nationale, après son éjection du gouvernement pour ne pas avoir payé ses impôts.

"Le jour où il revient, je quitte la salle". S'il est venu pointer à l'Assemblée la semaine dernière, pour ne pas perdre une partie de ses indemnités, Thomas Thévenoud ne s'est pas montré cette semaine au palais Bourbon. Il faut dire qu'à l'Assemblée, l'élu est devenu radioactif. "Le jour où il revient, je quitte la salle", affirme sans détour un membre de la commission du développement durable, dont Thomas Thévenoud est lui aussi membre.

>> LIRE AUSSI - Le retour de Thévenoud à l'Assemblée ? "Minable et scandaleux"

Les rares socialistes qui lui parlent encore estiment que la seule solution pour lui serait éventuellement de trouver du travail à l'étranger. "Il pourrait souffler", glisse un élu. Car comme l'explique un autre, "il se fait insulter quand il sort dans la rue avec ses filles".

Ne pas protéger la "brebis galeuse". "C'est injuste, mais tu es condamné à changer de vie", lui a conseillé l'un de ses amis. Mais pas sûr que Thomas Thévenoud sache quoi faire. Entre rester à l'Assemblée comme un pestiféré ou s'exiler comme un banni, le choix est cornélien.

>> LIRE AUSSI - Même absent de l'Assemblée, Thévenoud touche ses indemnités

Seule certitude : la plupart des socialistes considèrent que son sort ne les regarde plus. Ils souhaitent son départ de l'Assemblée, mais ne sont pas prêts pour autant à organiser une sorte d'"exfiltration sanitaire". Car chez de nombreux élus, le ton est le suivant : "si on l'aide, on va dire que le PS protège la brebis galeuse". Et pourtant, ils sont tout aussi nombreux à admettre que Thomas Thévenoud ne démissionnera pas s'il n'a pas d'issue de secours.

>> LIRE AUSSI - Soixante parlementaires seraient en délicatesse avec le fisc