Présidentielle : les Verts pourraient ne pas passer l'étape des parrainages

  • A
  • A
Présidentielle : les Verts pourraient ne pas passer l'étape des parrainages
Le candidat d' EELV pourrait rencontrer de nombreuses difficultés pour trouver les parrainages suffisant en 2017@ AFP
Partagez sur :

En 2017, les Verts pourraient rencontrer quelques difficultés pour obtenir les 500 signatures nécessaires à une candidature. 

En 2017, les Verts pourraient rencontrer quelques difficultés pour obtenir les 500 signatures nécessaires à une candidature pour la présidentielle. A cause d'un manque d'élus locaux, mais pas seulement... Explications.

Un démarchage difficile. En 2012, Europe Ecologie les Verts comptait 350 élus. Il ne leur en manquait donc que 150 pour atteindre les 500 nécessaires à l'enregistrement officiel d'une candidature pour l'élection présidentielle. Mais depuis le parti a perdu quelques ténors et 200 élus, or les élus locaux sont un relais essentiel pour aller convaincre les petits maires sans étiquette. Ils vivent dans les mêmes régions, ils se connaissent. Là, les quelques apparatchiks qui vont devoir aller séduire les parrains risquent de trouver plus souvent porte close. Et battre la campagne pour aller chercher les parrainages coûte cher, or le parti est au bord de la faillite.

En 2002, alors que les Verts comptaient peu d'élus, Noël Mamère avait pu se présenter grâce aux paraphes d'élus socialistes. Une hypothèse inconcevable pour la prochaine présidentielle, dans la mesure où François Hollande veut à tout prix éviter une candidature écologiste, tant il craint d'être disqualifié dès le premier tour si la gauche est divisée.

Un coup de pouce de la droite ? La technique est extrêmement cynique et a déjà été utilisée par le passé pour gêner le PS. Mais elle risque fort d'être rendue impossible par la loi. Les parrainages seront désormais tous publics et on les connaîtra en temps réel. Donc si des élus de droite parrainent un candidat vert, ça se verra, il faudra assumer.

La solution des primaires... ou de Nicolas Hulot. Devant cette impasse, l'hypothèse d'une primaire de toutes les gauches – largement soutenue par Cécile Duflot - permettrait au candidat victorieux de profiter de l'élan suscité pour obtenir le nombre suffisant de parrainages. La seule solution miracle serait la candidature Nicolas Hulot. Car lui n’aurait évidemment aucun mal à rassembler les 500 parrainages. D’ailleurs Cécile Duflot a déjà dit plusieurs fois que s’il était candidat, elle se rangerait derrière lui.