Débat des onze candidats : comment Poutou a marqué les esprits

  • A
  • A
Débat des onze candidats : comment Poutou a marqué les esprits
Philippe Poutou a taclé à plusieurs reprises les responsables politiques qu'il juge "corrompus".@ Lionel BONAVENTURE / POOL / AFP
Partagez sur :

Le candidat du NPA Philippe Poutou a marqué le débat des onze candidats, mardi, par ses sorties contre Marine Le Pen et François Fillon, "des politiciens corrompus" selon lui.

VIDEO

Il est celui qui est sorti du lot d’un débat parfois trop dense. Mardi soir, face aux dix autres candidats à la présidentielle, Philippe Poutou a livré une prestation singulière en refusant de poser pour la traditionnelle photo d’avant-débat, en attaquant des concurrents qu’il juge "corrompus" ou encore en se retournant sans cesse vers ses soutiens.

Il refuse la photo de famille. Le débat n’a pas commencé qu’il fait déjà parler de lui. Pour la photo qui précède le début des échanges, Philippe Poutou, habillé d’un jean et d’un tee-shirt contrairement à ses concurrents masculins, refuse d’apparaître aux côtés des autres candidats à l’élection présidentielle, malgré l’insistance d’Emmanuel Macron.

Invité de la matinale d'Europe 1, mercredi, le candidat du NPA est revenu sur sa prestation et notamment sur son refus de poser avec les autres concurrents : "Je n’avais pas envie de la photo de famille. Ce n’est pas des collègues. Je voulais faire ça le plus tranquillement possible", a-t-il indiqué.


Philippe Poutou sur le débat : "Il y a pas mal...par Europe1fr

"Des politiciens corrompus" qui "se reconnaîtront". Et le ton est donné dès sa minute de présentation. "À part Nathalie Arthaud, je suis le seul à avoir un travail normal. On peut parler au nom de millions de gens qui en ont marre, pour exprimer cette colère-là, d’en bas, (…) contre des politiciens corrompus, il y en a qui se reconnaîtront autour de la table", lâche-t-il d’emblée, attaque à peine déguisée contre François Fillon et Marine Le Pen. "Il y avait quelques corrompus, en tout cas. Ce sont des choses qu’on avait envie de dire", a expliqué le candidat du NPA sur Europe 1 mercredi matin. 

Un candidat dissipé. Ensuite, le candidat déroule ses propositions sur l’interdiction des licenciements ou la réduction du temps de travail. Et quand il ne parle pas, le candidat est le seul à s’asseoir sur son tabouret, visiblement détendu. Autre habitude de Philippe Poutou lors de ce long débat de 3 heures et 56 minutes, celle de se retourner sans cesse vers ses soutiens dans le public. Manière de contourner l’interdiction faite aux candidats de consulter leurs téléphones portables. Mais le candidat paraît désarçonné quand il est interrogé sur la moralisation de la vie publique alors qu’il prend conseil auprès de son proches. "C’est l’émotion du débat", explique-t-il alors qu’il doit se retourner à la hâte, manquant de tomber de son tabouret.

Sur Fillon, "plus on fouille, plus on sent la corruption". La séquence incontournable de ce débat arrive quelques secondes plus tard. "Question de moralité politique, on est servi depuis quelques temps", attaque-t-il en citant Serge Dassault et Patrick Balkany, avant d'enchaîner : "François Fillon, voilà, il est en face de moi. Que des histoires. Et plus on fouille, plus on sent la corruption, plus on sent la triche. En plus, c’est des bonhommes qui nous expliquent qu’il faut la rigueur, qu’il faut l’austérité, et eux-mêmes piquent dans les caisses publiques donc il y a un petit problème de ce côté-là", déclame-t-il.

Le Pen taclée sur l'absence d'"immunité ouvrière". Repris par François Fillon qui l’invite à ne pas "accuser comme ça", l’ouvrier Ford se tourne vers Marine Le Pen : "Pareil, on pique dans les caisses publiques, alors là c’est pas ici, c’est l’Europe. Alors l’Europe, pour quelqu’un qui est anti-européen, ça ne gêne pas de piquer l’argent de l'Europe. Et le pire c’est qu’en plus le FN qui se dit anti-système ne s’emmerde pas du tout, se protège grâce aux lois du système, grâce à l’immunité parlementaire et donc refuse d’aller aux convocations policières." Réponse de la présidente du FN : "Sur ce coup-là vous êtes pour la police…" Avant que le candidat du NPA ne lâche une phrase reprise en boucle sur les réseaux sociaux : "Quand on est convoqué par la police, nous, ouvriers, on n’a pas d’immunité ouvrière, désolé, on y va (applaudissements dans le public). Vous, vous avez une chance, le système vous protège, tant mieux pour vous. Ça me permettra de dire que l’anti-système est de la foutaise", réplique-t-il sous les applaudissements du public.

Sur Europe 1, mercredi, le candidat est revenu sur sa tirade : "Le premier débat était frustrant sur TF1, les affaires ne s'abordaient pas vraiment, juste par allusion, nous on a envie d’en parler parce que ça nous écœure."

La menace d'un procès par Fillon. Enfin, Philippe Poutou a encore ciblé François Fillon vers la fin du débat : "Quand on voit un Fillon préoccupé par la dette, il y pense moins quand il se sert dans les caisses publiques, quand il paye sa famille…" L’ancien Premier ministre s’est alors insurgé, le menaçant de poursuites judiciaires : "Oh, oh, oh oh ! Je vais vous f… un procès, vous."

Mercredi, le candidat du NPA a voulu calmer le jeu sur Europe 1, à propos d’un éventuel procès : "Je ne vais pas faire le malin. Ce serait bien qu’il n'y en ait pas. Je ne sais pas s’il a intérêt à ce qu’il y en ait un. C'est un débat, même s'il peut considérer que je dis les choses un peu trop brutalement".