Philippot : "La France ne peut plus accueillir un seul migrant"

  • A
  • A
1498 partages

IMMIGRATION - Florian Philippot, vice-président du Front national, a également contesté, dimanche, les chiffres du ministère de l'Intérieur, selon lequel 300 réfugiés ont été accueillis dans l'Hexagone.

INTERVIEW

Alors que l'Union européenne s'apprête à tenir, avec la Turquie, un sommet sur la question des migrants, lundi, Florian Philippot a appelé le gouvernement français à se montrer plus ferme. "Si je représentais la France, je dirais qu’elle ne peut plus accueillir un seul migrant", a déclaré le vice-président du Front national, invité dimanche du Grand Rendez-Vous Europe 1- Le Monde- iTÉLÉ.

Guerre des chiffres. Selon le ministère de l'Intérieur pourtant, seuls 300 réfugiés ont été accueillis dans l'Hexagone, sur les 30.000 que le pays doit relocaliser sur son territoire. "Si vous croyez qu’il n’y en a que 300, on ne vit pas sur la même planète", a tempêté Florian Philippot. "On est en train de les répartir dans les villes et les villages sans même demander leur avis aux populations, parfois même pas aux équipes municipales." L'eurodéputé frontiste n'a pas hésité à parler pêle-mêle des réfugiés dont la demande d'asile a effectivement été acceptée par la France et de ceux qui ne sont qu'en transit, notamment à Calais, attendant de pouvoir rejoindre la Grande-Bretagne.

Rétablir les contrôles aux frontières. Florian Philippot a également détaillé les mesures préconisées par le Front national en matière d'immigration. "Je souhaite que notre pays retrouve des contrôles aux frontières nationales permanents. On ne peut rien faire avec le système Schengen, avec une immense frontière extérieure qu’on n’est pas capable de gérer", a t-il estimé. Le vice-président du FN juge la libre circulation entre les pays de l'Union européenne d'autant plus dangereuse que l'Allemagne, voisine de la France, a décidé d'accueillir un grand nombre de réfugiés. "La politique de Madame Merkel a été irresponsable", a tempêté Florian Philippot. "Je ne souhaite pas qu’on aille dans cette voie-là."

Revoir le statut de l'asile. Pour le responsable frontiste, il est nécessaire de "revoir le statut de l'asile, beaucoup trop attractif" en France. Surtout, il faut "agir à la source" en développant, "avec l'ONU, des campements humanitaires près des zones de conflit". "Mettons le paquet pour éradiquer Daech", a complété Florian Philippot. 

>>Retrouvez l'interview de Florian Philippot en intégralité en cliquant ici.