"Penelope Gate" : pour l'avocat de Fillon, des irrégularités de l'enquête la rendent "nulle"

  • A
  • A
"Penelope Gate" : pour l'avocat de Fillon, des irrégularités de l'enquête la rendent "nulle"
L'avocat de François Fillon a déclaré mardi à des journalistes que des irrégularités dans l'enquête sur des soupçons d'emplois fictifs de l'épouse de l'ancien Premier ministre, Penelope Fillon, la rendaient "nulle".@ AFP
Partagez sur :

Selon Me Antonin Lévy, des irrégularités dans l'enquête sur des soupçons d'emplois fictifs de l'épouse de l'ancien Premier ministre, Penelope Fillon, la rendaient "nulle".

L'avocat de François Fillon a déclaré mardi à des journalistes que des irrégularités dans l'enquête sur des soupçons d'emplois fictifs de l'épouse de l'ancien Premier ministre, Penelope Fillon, la rendaient "nulle".

Le PNF, "pas compétent". Dans une note adressée lundi au parquet national financier (PNF), Me Antonin Levy estime que "le parquet national financier n'a pas compétence" pour mener l'enquête. 

Une "atteinte au principe de séparation des pouvoirs". Plus tôt, les avocats du couple ont dénoncé une atteinte au principe de séparation des pouvoirs, la justice n'ayant selon eux pas à se mêler du libre exercice du mandat du parlementaire. "La qualification de détournement de fonds publics est inapplicable pour un parlementaire", poursuit Me Lévy dans sa note. "La conséquence de leurs fautes, c'est la nullité de l'enquête", a affirmé mardi auprès des journalistes Me Lévy.

Une enquête ouverte rapidement par le PNF. Au lendemain des révélations du Canard Enchaîné, le PNF, créé après l'affaire Cahuzac, a ouvert une enquête préliminaire pour détournement de fonds publics, un délit qui entre dans son champ de compétence. Selon les éléments mis en ligne par le candidat de la droite à la présidentielle lundi soir sur son patrimoine et les revenus de sa femme, l'épouse de l'ancien Premier ministre a été assistante parlementaire de 1986 à 1988, de 1988 à 1990, puis de 1998 à 2002 et de mai 2012 à novembre 2013 pour François Fillon, et de 2002 à 2007 pour son suppléant Marc Joulaud.

Le PNF a ouvert une enquête préliminaire sur des soupçons d'emplois fictifs, les enquêteurs s'interrogeant sur la réalité de cet emploi, pour lequel Penelope Fillon a été rémunérée à hauteur de 680.380 euros nets au total en plus de 15 ans. François Fillon lui-même avait estimé lundi que ce ne sont "pas les bonnes instances qui enquêtent".

"Célérité" et "sérénité". Sous le feu des critiques du camp Fillon, le PNF a affirmé lundi que l'enquête se déroulait "avec la célérité et la sérénité appropriées". "Une décision sur l'orientation de la procédure sera prise lorsque les investigations seront terminées. Il serait hasardeux de préjuger dès à présent de leur issue", avait-il ajouté.