Pécresse : "Ma priorité, c’est de déménager le conseil régional" en Seine-Saint-Denis

  • A
  • A
Partagez sur :

La nouvelle présidente LR de la région Ile-de-France a confirmé que le nouveau siège du conseil régional serait en Seine-Saint-Denis.

INTERVIEW

"Ma priorité aujourd’hui, c’est de déménager le conseil régional de Paris", a affirmé la présidente LR de la région Ile-de-France Valérie Pécresse, jeudi dans la Matinale d'Europe 1. L'élue a confirmé que le nouveau siège de la Région serait implantée dans le département de la Seine-Saint-Denis. "Mon choix de cœur, c’est le Seine-Saint-Denis. Parce que derrière il y a le symbole que le conseil régional s’inscrit dans les quartiers populaires." 

Polémique de campagne sur la Seine-Saint-Denis. "Nous avons visité 35 sites", raconte-t-elle. "Ça prouve que le conseil régional attire les maires et qu’on a envie d’avoir le conseil régional chez soi. On est en train de déterminer les critères (de choix, ndlr)." L'élu espère que ce déménagement aura lieu "pendant la première partie de (la) mandature". La virulente campagne régionale qui l'avait opposée au socialiste Claude Bartolone avait été marquée par une polémique sur la Seine-Saint-Denis et la "race blanche". L'une des affiches de Valérie Pécresse comportait les propos suivants : "Nous ne voulons pas devenir la Seine-Saint-Denis de Bartolone !". La réponse du président de l'Assemblée nationale avait été cinglante. "Se rend-elle compte de l'opprobre qu'elle jette sur un million et demi d'habitants ? Avec un discours comme celui-là, c'est Versailles, Neuilly et la race blanche qu'elle défend en creux?" Il s'était ensuite excusé de ces propos.

"Un plan de régénération totale des transports". L'ancienne ministre de l'Enseignement supérieure de Nicolas Sarkozy a également expliqué qu'elle ne comptait pas remplacer - sauf en ce qui concerne le personnel des lycées - les départs à la retraite et les CDD dans sa collectivité, car elle a l'intention de faire "120 millions d'euros d'économies".

Interrogée sur un rapport de la Cour des comptes sur les transports en commun dans la région, elle a annoncé "un plan de régénération totale des transports" en deux volets. "Ca passe pour moi en premier lieu par le matériel roulant qui est hors d’âge et qui est source de pannes. En deuxième, il faut accélérer les travaux de modernisation des opérateurs." Elle n'a cependant pas dit si elle comptait augmenter les tarifs pour les usagers, comme la Cour des comptes le préconise. "La question du financement se posera et là encore, j’aurai un discours de vérité avec les Franciliens. Je leur dirai ce que je veux faire."

Pas (encore) de candidat à la primaire. Interrogée sur le candidat qu'elle soutiendrait à la primaire de la droite et du centre, elle affirmé que son choix serait fait "à l'automne". Le candidat idéal de Valérie Pécresse devra, entre autres, avoir "une audace réformatrice" et s'engager dans "un choc de simplification des normes administratives".