Pécresse : "Il ne doit plus y avoir de radicalisé S qui conduise un train"

  • A
  • A
Partagez sur :

INTERVIEW - Valérie Pécresse, candidate aux élections régionales en Île-de-France pour Les Républicains, s'est inquiétée au micro d'Europe 1 que des personnes fichées S puissent travailler dans des services publics, notamment de transport.

INTERVIEW

"Le problème, ce sont les fiches S." Invitée sur Europe 1 lundi matin, Valérie Pécresse a déploré la présence d'individus fichés au sein de services publics. Pour la candidate Les Républicains aux élections régionales en Île-de-France, qui a repris sa campagne samedi après une interruption d'une semaine, il est indispensable que les services de renseignement tirent la sonnette d'alarme lorsque cela se produit.

Plus de communication autour des individus radicalisés. "Il ne doit plus y avoir de radicalisé S qui conduise un train, un bus ou un métro, a asséné la députée des Yvelines. Les services de renseignement ont des informations sur des personnes qui se radicalisent et sont potentiellement dangereuses, ils doivent donner ces informations aux gestionnaires des grands services publics et aux employeurs des sites seveso dangereux." Valérie Pécresse a également dénoncé la présence d'individus radicalisés au sein de l'éducation nationale.

Un terroriste à la RATP. Cette réaction intervient alors que l'enquête sur le parcours de l'un des auteurs des attentats de Paris, Samy Amimour, a révélé que ce dernier avait exercé pendant quinze mois, entre 2011 et 2012, la fonction de chauffeur de bus pour la RATP, société responsable des transports en commun franciliens.