PS : un congrès pour la photo

  • A
  • A
PS : un congrès pour la photo
Manuel Valls et Jean-Christophe Cambadélis à La Rochelle, en août 2014.@ JEAN-PIERRE MULLER / AFP
Partagez sur :

GAUCHE - Politiquement, le congrès du PS est déjà plié. Mais tout l'enjeu du rendez-vous de ce week-end à Poitiers est de renvoyer l'image d'un parti uni.

Autant le dire tout de suite, le congrès de Poitiers, qui se tient de vendredi à dimanche, n'aura rien à voir avec les batailles homériques et les négociations enfiévrées que le Parti socialiste a pu connaître par le passé. Politiquement, tout a été plié lors des votes des 21 et 28 mai. La motion majoritaire défendant la ligne du gouvernement a obtenu une large majorité, avec 60% des voix des militants. Les frondeurs ont été cantonnés sous la barre des 30% et Jean-Christophe Cambadélis a été largement reconduit à son poste de premier secrétaire.

Montrer un parti en ordre de marche. A Poitiers, il n'y aura donc pas d'enjeu politique, mais un énorme enjeu d'image. Le PS a trois jours pour se montrer uni et en ordre de marche pour les deux dernières année du quinquennat et l'élection présidentielle de 2017. L'objectif est en quelque sorte d'organiser un "anti" congrès des Républicains, à une semaine d'intervalle.

Les socialistes ont en effet regardé attentivement le congrès du parti de Nicolas Sarkozy, samedi dernier à Paris. Et ils veulent présenter un spectacle exactement inverse. Pour cela, rien n’est laissé au hasard. Un exemple parmi d'autres : l’amphithéâtre du parc des expositions de Poitiers n’est pas conçu pour supporter le poids des projecteurs. Le PS a donc carrément fait construire une structure en métal sous le toit pour s’assurer que la lumière soit parfaite.

Photo de famille. Une lumière indispensable pour une photo en cours de négociation, celle du premier secrétaire adoubé par les militants, Jean-Christophe Cambadélis, entouré de Manuel Valls, d'un maximum de ministres mais aussi des leaders de la fronde. Reste à savoir si les désaccords politiques ont été suffisamment réduits pour permettre cette mise en scène.

Un congrès à 2,4 millions d'euros. En attendant tout a été pensé pour renvoyer une image joyeuse, loin des sifflets et des chaises vides entendus et vus chez Les Républicains. Côté pratique, un petit village a été installé devant le palais des congrès, avec des stands pour manger ou se rafraîchir. Il y aura même un glacier avec sa petite clochette. Le PS a aussi acheté quelques centaines de chapeaux de paille qui seront distribués aux militants, puisqu'il va faire très chaud ce week-end. Tout cela a un coût : un peu moins de 2,4 millions d'euros. Soit un budget quatre fois plus élevé que celui du congrès des Républicains.