Paca : Marion Maréchal et Jean-Marie Le Pen vont négocier

  • A
  • A
Paca : Marion Maréchal et Jean-Marie Le Pen vont négocier
@ BERTRAND LANGLOIS / AFP
Partagez sur :

La tête de liste du Front national en Paca va déjeuner avec son grand-père pour tenter de calmer la dissidence de certains élus dans la région.

Un déjeuner en famille suffira-t-il à aplanir les différends ? C'est en tout cas ce qu'espère Marion Maréchal-Le Pen, qui doit rencontrer Jean-Marie Le Pen le vendredi 16 octobre à Marseille, au conseil régional de Paca. Le grand-père et la petite-fille parleront de la composition des listes du Front national aux élections régionales de décembre, source de discordes depuis plusieurs mois. Les autres conseillers régionaux FN participeront au déjeuner, a affirmé Jean-Marie Le Pen à l'AFP jeudi.

Des dissidents rangés derrière Jacques Bompard. Investie tête de liste en Paca, Marion Maréchal-Le Pen doit faire face à une rébellion d'élus frontistes de la région. Certains d'entre eux ont récemment fait savoir qu'ils allaient se présenter sur une liste conduite par le maire d'Orange Jacques Bompard, président de la Ligue du Sud et grand rival de Marion Maréchal-Le Pen dans son fief du Vaucluse. Ces dissidents sont notamment menés par Laurent Comas et Lydia Schénardi, deux fidèles du cofondateur du FN. "Jean-Marie Le Pen nous laisse faire, mais il n'est pas à l'initiative de cette liste", nous assurait la semaine dernière Lydia Schénardi. Marion Maréchal-Le Pen dénonçait de son côté une démarche conduite selon elle par "rancœur, amertume, vengeance".

L'heure semble désormais être à l'apaisement. "Une bonne moitié des élus régionaux ont déjà été repris sur les listes", a assuré mercredi la députée du Vaucluse, qui a laissé entendre qu'elle pourrait en repêcher d'autres, même si la décision finale reviendra à la commission nationale d'investiture du FN.

Jean-Marie Le Pen veut un "bon cocktail". Jean-Marie Le Pen, qui a mis en sourdine depuis quelque temps ses attaques contre sa fille Marine, milite de son côté pour une intégration de ses proches dans les listes de Marion Maréchal-Le Pen ."Je lui ai dit que le bon cocktail, c'était un mélange des meilleurs anciens et des meilleurs nouveaux", a-t-il déclaré. Pour lui, "elle doit élargir autant que faire se peut sa liste, l'élection peut se jouer à 1%" face au maire de Nice Christian Estrosi, qui mène la campagne des Républicains. Et le Menhir d'ajouter, ironique : "j'espère que l'ouverture ira jusqu'au FN".