On a commencé à voter samedi dans les DOM-TOM

  • A
  • A
Partagez sur :

Près d'un million de Français vivant hors de l'Hexagone étaient appelés à voter dès samedi matin pour le premier tour de l'élection présidentielle, avec un jour d'avance sur la métropole. C'est une première pour ce type de scrutin. La raison c'est qu'auparavant, avec le décalage horaire, on annonçait déjà les résultats alors que les Antilles ou sur le continent américain, les bureaux de vote étaient encore ouverts.

Près d'un million de Français vivant hors de l'Hexagone ont voté dès samedi pour le premier tour de l'élection présidentielle avec un jour d'avance sur la métropole. Les électeurs de Saint-Pierre-et-Miquelon, Martinique, Guadeloupe, Guyane et Polynésie française, ainsi que ceux installés sur le continent américain, étaient appelés aux urnes à partir de samedi matin, 08h00, heure locale. Les habitants de Saint-Pierre-et-Miquelon, petit archipel situé près de Terre-Neuve (Canada), ont été les premiers Français à étrenner les urnes. Le vote sur deux jours a déjà fonctionné pour le référendum sur le Traité constitutionnel européen en mai 2005 mais est inédit pour une élection présidentielle. Traditionnellement, les Français vivant à l'ouest de l'Europe votaient le même jour qu'en métropole. Or, compte tenu du décalage horaire, ils avaient connaissance des résultats du premier tour, dévoilés le dimanche à 20h00 à Paris, alors que les bureaux de vote étaient encore ouverts chez eux. En Polynésie française, avec laquelle le décalage horaire par rapport à Paris est de 12 heures, les résultats du scrutin étaient connus alors que les bureaux de vote ouvraient. Ce décalage avait pu donner le sentiment à certains électeurs d'Outre-mer que leur vote avait peu d'importance puisque les jeux étaient faits. Certains avaient même pu être tentés par l'abstention. Pour permettre aux Français en situation de décalage horaire par rapport à la métropole de glisser leur bulletin dans l'urne avec un jour d'avance et d'exprimer ainsi pleinement leur suffrage, il a d'abord fallu modifier la Constitution. Celle-ci mentionnait expressément le dimanche comme jour de vote, rappelle le Conseil constitutionnel. Il a fallu ensuite réviser la loi électorale. C'est ainsi que tous les électeurs ultramarins situés à l'ouest des côtes atlantiques de la France votent le samedi. Ceux situés à l'est de la métropole, à la Réunion, à Mayotte, dans l'océan Indien, en Nouvelle-Calédonie et à Wallis et Futuna, dans le Pacifique, ainsi que les Français expatriés sur d'autres continents que l'Amérique ne sont pas concernés et votent dimanche. Les derniers Français à voter seront dimanche ceux du Cap Vert, archipel situé au large des côtes de l'Afrique occidentale.