Non, Najat Vallaud-Belkacem ne compte pas enseigner l'arabe à l'école

  • A
  • A
Non, Najat Vallaud-Belkacem ne compte pas enseigner l'arabe à l'école
@ MAXPPP
Partagez sur :

Une fausse lettre attribuée au ministère de l'Education circule depuis samedi sur les réseaux sociaux. Le ministère a porté plainte.

Depuis sa nomination au ministère de l'Education nationale, les attaques se multiplient à l'encontre de Najat Vallaud-Belkacem. dernière en date : une fausse lettre, prétendument signée de la main de la nouvelle ministre, circule sur les réseaux sociaux. Dans ce montage, Najat Vallaud-Belkacem "demande" aux maires d'instaurer dans les écoles "une heure hebdomadaire consacrée à la découverte de la langue arabe" dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires. Dimanche soir, le ministère de l'Education a décidé de porter plainte pour usurpation, révèle Le Parisien.

Relayé sur Twitter par des membres de l'UMP. Ce document, présenté comme étant une des circulaires du 28 août, reproduit l'en-tête et le logo du ministère de l'Education. La lettre reprend également la signature de la ministre, qui a en réalité été scannée. "Je vous conseille vivement de donner un avis favorable à l’établissement de cette activité qui a pour but de gommer les barrières linguistiques que pourraient inévitablement rencontrer nos enfants dans un proche avenir", peut-on lire sur ce montage, massivement relayé sur Twitter.

Plusieurs membres de l'UMP ont en effet repris cette fausse circulaire, dont Isabelle Balkany, la première adjointe au maire de Levallois-Perret, dans les Hauts-de-Seine. Cette dernière a toutefois supprimé le tweet en expliquant qu'elle avait été piégée par un "fake".



Des incohérences sur le fond et sur la forme. Un fake grossier, aussi bien sur le fond, que sur la forme. L'en-tête du ministère de l'Education nationale est incomplet : il omet l’Enseignement supérieur et la Recherche. Ensuite, on ne trouve pas la traditionnelle formule de politesse avant la signature. Et sur le fond : "ce n'est pas de la compétence de la ministre de désigner le contenu des activités périscolaires, mais c'est celle des communes", précise le ministère. "Le ministère de l'Education porte plainte à chaque fois qu'il y a usurpation", précise un porte-parole du ministère.

Des précédents. Ce n'est pas la première fois que la ministre est la cible d'attaques de la part d'internautes proches de la Manif pour tous, ou de sympathisants d'extrême droite. Récemment, une rumeur a circulé sur son identité : une fausse carte d'identité prétendait que Najat Vallaud-Belkacem s'appelait Claudine Dupont.