Nicolas Hulot dément des rumeurs de harcèlement sexuel et dénonce une "diffamation"

  • A
  • A
Partagez sur :

Le ministre de la Transition écologique a démenti jeudi matin des rumeurs de harcèlement sexuel, alors qu'une enquête du magazine Ebdo sort sur le sujet vendredi.

Il a pris les devants. Nicolas Hulot, le ministre de la Transition écologique, a démenti jeudi matin être visé par une quelconque plainte pour harcèlement sexuel. "Non", il n'est pas visé par une plainte de la part d'une ancienne collaboratrice de sa Fondation, a-t-il assuré sur le plateau de BFMTV. "Depuis des mois, je subis toutes sortes de rumeurs, d'insinuations, d'interrogations. Je me suis senti traqué par une meute invisible."

Une plainte déposée en 2008. Le ministre réagit ainsi par anticipation à une enquête qui doit être publiée vendredi dans le magazine Ebdo. Selon deux journalistes de ce magazine, deux affaires pèsent sur l'ancien présentateur télé. Celle concernant cette ancienne collaboratrice, devenue depuis salariée de l'Assemblée nationale, et une autre à propos d'une plainte pour viol. Sur ce point-là, Nicolas Hulot a reconnu que "oui", une plainte avait bel et bien été déposée. "Suite à des allégations qui remontent à 1997, cette personne en 2008 a déposé plainte", a-t-il expliqué. "Cette plainte a été classée sans suite car non seulement l'affaire était prescrite mais les enquêteurs ont très rapidement considéré qu'il n'y avait rien qui permettrait de poursuivre cette affaire." Le ministre a expliqué avoir été "auditionné par les gendarmes à [sa] demande". "La justice est passée", a-t-il conclu.



"Pas pensé" à démissionner. Dénonçant "des affaires qui n'en sont pas et n'ont aucun contenu", Nicolas Hulot a aussi fustigé un climat de "diffamation". "Il y a un moment où je n'en peux plus. Je veux passer à autre chose. C'est un cauchemar." "Le mot est faible", a-t-il répondu, visiblement affecté, à Jean-Jacques Bourdin qui lui demandait s'il souffrait. Toutefois, le ministre a assuré n'avoir "pas pensé" à démissionner. "C'est ma famille qui prime, c'est sa résistance qui prime et cela qui guidera ma décision, mes choix", a-t-il ajouté. "Moi j'ai peur de la rumeur mais il y a une chose dont je n'ai pas peur, c'est la vérité."

"Confiance" du président. Après Gérald Darmanin, Nicolas Hulot est le second membre du gouvernement touché par une affaire de violences sexuelles. Dans le cas du ministre de l'Action et des Comptes publics, toutefois, une plainte pour viol est bien déposée et une enquête a été récemment rouverte. Nicolas Hulot a, quant à lui, assuré qu'il avait le soutien du gouvernement. "Depuis que tout ça est en train de bouillonner, le Premier ministre et le président de la République, on se parle très régulièrement. Ils m'ont affirmé leur affection, leur confiance." Dans la matinée, Edouard Philippe a d'ailleurs adressé un "message de soutien" à son ministre, ajoutant qu'il n'avait "aucune raison de douter de sa parole".