Municipales à Lille : une discrète rencontre entre Martine Aubry et Gérald Darmanin

  • A
  • A
Municipales à Lille : une discrète rencontre entre Martine Aubry et Gérald Darmanin
Du côté de Martine Aubry, on assure qu'il n'a été question que d'évoquer les enjeux locaux immédiats et des sujets d'actualité nationale. @ FRANCOIS LO PRESTI / AFP
Partagez sur :

Élue depuis 2001 à la mairie de Lille, Martine Aubry, qui remettra en jeu sa succession en 2020, a discrètement dîné avec le ministre de l'Action et des Comptes publics. 

La maire socialiste de Lille Martine Aubry, dont beaucoup au PS parient qu'elle sera candidate à sa succession en 2020, a récemment dîné, discrètement, avec le ministre Gérald Darmanin (LREM), qui lorgne sur la métropole lilloise, ont indiqué lundi des sources concordantes.

De son côté, le Haut commissaire à l'Economie sociale et solidaire Christophe Itier, macroniste issu du PS, a entamé lundi sa pré-campagne "Lille C" pour les élections municipales. Il a lancé une plateforme, LilleC.fr, où les habitants sont invités à exprimer, sur tous les sujets (sécurité, culture, cadre de vie...), "remarques, souhaits, idées pour la ville et pour (leur) quartier".

Aubry, maire de Lille depuis 17 ans. Si, à 18 mois des échéances, Martine Aubry, maire de la ville depuis 2001, n'a encore rien dévoilé de ses intentions, peu, au PS, doutent de sa volonté de briguer un ultime mandat. "Je suis sûre qu'elle sera candidate ! Elle est maire sortante, j'ai toujours pensé qu'elle était légitime à se représenter", a déclaré  la patronne de la fédération PS du Nord, Martine Filleul. L'ancienne ministre de Lionel Jospin a dîné la semaine dernière à l'Hôtel de ville avec un autre poids lourd de la métropole lilloise, Gérald Darmanin, ont indiqué les entourages des deux ténors, confirmant une information de La Voix du Nord et de Daily Nord.

Un dîner "de courtoisie" et des tractations en coulisses. "Un dîner de courtoisie", s'est borné à commenter l'entourage de Gérald Darmanin, tandis que du côté de Martine Aubry, on assure qu'il n'a été question que d'évoquer les enjeux locaux immédiats et des sujets d'actualité nationale. "En fait, c'était clairement un pacte de non-agression", selon une source socialiste. "Darmanin veut la MEL (la métropole, présidée par le sans étiquette Damien Castelain, ndlr) et a besoin de passer des alliances pour cela. Quitte à dire à Aubry 'on te laisse tranquille à Lille...'", fait valoir une autre source, en rappelant que le ministre des Comptes publics et ex-maire de Tourcoing a "poussé en coulisses" la candidature à Lille d'une députée LREM, Valérie Petit, pour gêner le macroniste Christophe Itier. "Aubry à Lille et Darmanin à la MEL: ce pacte-là est en marche, avec la bénédiction de Xavier Bertrand", le président (ex-LR) du Conseil régional des Hauts-de-France, ironise une source LREM.