Montebourg, une si discrète ascension du Mont Beuvray

  • A
  • A
Montebourg, une si discrète ascension du Mont Beuvray
Arnaud Montebourg avec Christian Paul au Mont Beuvray, en 2012.@ THIERRY ZOCCOLAN / AFP
Partagez sur :

REPORTAGE - Comme chaque année, l'ancien ministre a gravi le Mont Beuvray en Bourgogne. Mais sans les caméras, cette fois.

REPORTAGE

Il est un véritable comédien de la politique. Retirer de la scène, Arnaud Montebourg n'en a pas pour autant oublié ses tirades et bons mots. Lundi, comme chaque année, il a gravi le Mont-Beuvray, en Bourgogne, avec ses amis socialistes, son traditionnel pèlerinage du lundi de Pentecôte. Mais cette fois, il l'a fait sans les journalistes. A qui il a néanmoins glissé quelques piques. Europe 1 était présent.

"Vous me cassez les oreilles ! Quand est-ce que vous reprenez le TGV ?" Baskets, sac à dos, barbe de trois jours, Arnaud Montebourg a grimpé, mais dans son coin, sans Christian Paul - le leader des frondeurs avec qui il a inauguré ce pèlerinage en 2004 -, sans militants et, surtout, sans journalistes. "Je passe par un autre chemin pour vous éviter", admet-il dans un sourire. Esquiver la presse, le grand sport du jour, plus que la randonnée, finalement. "Mais je n'ai rien à vous dire ! Vous me cassez les oreilles ! Quand est-ce que vous reprenez le TGV ? Que l'on soit tranquille…", se marre-t-il.

"Et vous, vous allez voter pour qui à la présidentielle ?" Avec les militants, l'ancien ministre se détend, ambiance claquage de bises et tapes dans le dos : "Ha, t'es dont là ! Salut ! Et tu fais la montée ! ", glisse-t-il à un militant du coin. Mais pas besoin de le pousser bien loin pour faire remonter la tension. Quand on lui demande s'il va se positionner lors du congrès du PS, la réplique fuse : "Et vous, vous allez voter pour qui à la présidentielle ? Vous me répondez ?"

"Le jour où j'aurai quelque chose à vous dire, je vous sonnerai". Arnaud Montebourg, le chevalier du "made in France", désormais vice-président d'Habitat, a une toute nouvelle philosophie. "Vous savez ce qu'a dit Euripide, un grand poète grec ? Parle si tu as quelque chose à dire plus fort que le silence. Sinon garde le silence." Est-ce à dire qu'il n'a… rien à dire ? "Le jour où j'aurai quelque chose à vous dire, je vous sonnerai". Pour l'instant, c'est silence radio donc, pas même une petite pique à François Hollande ou Manuel Valls. "J'ai déjà tout dit à ce sujet", lâche-t-il.