Montebourg et Varoufakis à l'unisson pour dénoncer l'austérité

  • A
  • A
Montebourg et Varoufakis à l'unisson pour dénoncer l'austérité
@ JEAN-PHILIPPE KSIAZEK/AFP
Partagez sur :

POLITIQUE (SPECTACLE) - Les ex-ministres Yanis Varoufakis et Arnaud Montebourg ont dénoncé les politiques d'austérité en Europe lors de la Fête de la rose de Frangy-en-Bresse, devenue dimanche "centre de gravité de l'Europe" où soufflait l'esprit du "printemps d'Athènes".

L'évènement était forcément télégénique : les anciens ministres Yanis Varoufakis et Arnaud Montebourg réunis à la Fête de la rose de Frangy-en-Bresse. Les deux hommes ont profité de cette tribune pour dénoncer les politiques d'austérité appliquées depuis la crise en Europe et appeler la gauche de gouvernement à ne pas se fourvoyer dans cette voie.

Varoufakis, un invité très spécial. L'invité d'honneur de ce rendez-vous socialiste dans l'ex-fief électoral d'Arnaud Montebourg était donc Yanis Varoufakis. L'économiste au fort tempérament, qui avait prôné une ligne dure face aux créanciers de la Grèce, a démissionné le 6 juillet du gouvernement grec d'Alexis Tsipras, au lendemain de la victoire du "non" au référendum sur les économies demandées à Athènes.

La fête de la Rose s'est donc adapté à cet invité : outre les traditionnels poulet de Bresse, stand "Made in France" et ban bourguignon, ce rassemblement a été animé par l'air de "Zorba le Grec" lancé entre le fromage et le dessert, le slogan "Frangis 2015" sur les pin's des organisateurs, les "Yanis, on compte sur toi" lancés par des militants. Ou encore le drapeau grec brandi pas Arnaud Montebourg à l'issue de la conférence de presse, au côté de son invité d'honneur tenant le fanion français.

23.08.Montebourg.Varoufakis3.JEAN-PHILIPPE KSIAZEK  AFP.1280.640

Leurs gouvernements respectifs accusés de s'être reniés. Côté discours, sous une pluie battante, plusieurs centaines de militants ont eu droit à un réquisitoire contre l'austérité et les institutions économiques européennes. Avec à la clé la critique, par chacun des deux hommes, de leur ancien gouvernement. "Vous votez non à un référendum -en Grèce, en France et comme ailleurs - et c'est comme si vous avez dit oui ! " a lancé Arnaud Montebourg, dénonçant ce "problème de la zone euro", où quand "on vote (...) cela ne sert à rien".

"Vous votez pour la gauche française et vous vous retrouvez avec le programme de la droite allemande au pouvoir !", a-t-il enchaîné. Selon lui, "l'union monétaire n'a pas été capable de nous sauver de la crise, elle nous y (a) emmené (...) elle a accru les divergences" entre économies, a-t-il poursuivi. Martelant que "l'austérité ne marche pas", il a mis en garde contre "l'échec des socialistes à nous sortir de la crise (qui) peut conduire au succès du Front national".

De son côté, Yanis Varoufakis a déploré la "capitulation" du gouvernement Tsipras face à ses créanciers. Les membres de la Troïka "dictaient les termes de la capitulation", a-t-il dit en anglais, racontant par le menu détail les discussions qui avaient lieu, lorsqu'il était ministre, avec ses collègues de l'Eurogroupe. Celui qui est très courtisé par les gauches radicales européennes a aussi lancé "un réseau européen de progressistes", qui ne nécessite pas selon lui la création de nouveaux partis. Porteur du "soutien du peuple grec à la France", l'ancien ministre grec a estimé que "la France a(vait) besoin de l'esprit du printemps d'Athènes".

Où en est Montebourg ? Un an après le cru 2014, qui avait valu le lendemain à Arnaud Montebourg son éviction du gouvernement, l'édition 2015 était plutôt mesurée. Délaissant la provocation et sa verve habituelle, l'ex-ministre, malgré les "Arnaud président" lancés par quelques militants, est resté sur ses gardes. A-t-il dit adieu à la politique ? Une question que celui qui n'a plus aucun mandat et s'est tourné vers l'entreprise élude, préférant souligner que "la politique appartient à tous les citoyens" et qu'il puise des "ressources dans la société". Un éventuel retour en politique qui laisse de marbre les Français, selon un sondage Ifop publié par Atlantico dimanche: 69% y sont "indifférents" (63% chez ceux proches du PS) et 15% "opposés", seuls 16% s'y déclarant "favorables".

Mais il est "toujours membre du PS". "J'ai acquitté ma dernière cotisation, même si je rêverais que ce parti soit bien différent, ou autre", a dit le troisième homme de la primaire socialiste de 2011, à qui l'on prête toujours des ambitions pour 2017. Cette semaine, Jean-Christophe Cambadélis, le premier secrétaire, lui avait tendu la main, estimant qu'il devait "rester à bord" du PS car "il n'y a pas d'avenir à être le turlupin de la gauche".