Migrants privés de piscine à Calais : le Défenseur des droits saisi

  • A
  • A
Migrants privés de piscine à Calais : le Défenseur des droits saisi
La piscine concernée est située à une vingtaine de minutes à pied de la "Jungle" à Calais où vivent environ 4.500 migrants.@ AFP
Partagez sur :

Des associations ont dénoncé une mesure "discriminatoire" visant selon eux à restreindre l'accès des migrants à une piscine de Calais.

Le Défenseur des droits a été saisi à Calais, mercredi, par dix-neuf associations. Elles dénoncent une mesure "discriminatoire" de la communauté d'agglomération du Calais visant selon eux à restreindre l'accès des migrants à une piscine de Calais.

Pièce d’identité pour aller à la piscine. Depuis le 23 novembre, les personnes souhaitant profiter de la piscine Icéo à Calais doivent présenter une carte délivrée sur présentation d'une pièce d'identité et d'un justificatif de domicile. La modification des conditions d'accès est une "infraction caractérisée de discrimination mettant à l'écart une population qui est déjà très stigmatisée", a affirmé Claire Rodier, directrice du Groupe de soutien aux immigrés (Gisti) à l'origine de cette initiative.
Discrimination sociale et raciale. "Ces exigences nouvelles affecteront les sans-domicile fixe, mais (...) la discrimination sociale est une conséquence secondaire (...) de la discrimination raciale", écrivent ces associations, dont Amnesty international, Emmaüs France ou encore la Ligue des droits de l'Homme, dans une lettre adressée au procureur de Boulogne-sur-Mer et au Défenseur des droits, qui en a confirmé la réception mercredi. "Nous vous remercions d'apprécier la légalité d'une mesure manifestement discriminatoire, clairement contraire à la loi", ajoutent les signataires.

"Une mesure de sécurité". La présidente de la communauté d'agglomération du Calaisis et maire de Calais, Natacha Bouchart, a justifié auprès cette "mesure de sécurité dans le cadre de l'état d'urgence face à des personnes dont on ne connaît pas l'identité". Selon elle, la saisine du Défenseur des droits est "injuste": "ces organismes mélangent tout, ils feraient mieux de continuer à faire de l'humanitaire plutôt que de la politique", a-t-elle affirmé.
La piscine Icéo à Calais est située à une vingtaine de minutes à pied du camp de la "Jungle" à Calais où environ 4.500 migrants, venant principalement d'Afrique de l'Est, du Moyen-Orient et d'Afghanistan, vivent dans des conditions très précaires.