Pourquoi Sarkozy a choisi Lambersart pour son premier meeting

  • A
  • A
Pourquoi Sarkozy a choisi Lambersart pour son premier meeting
@ REUTERS
15 partages

PAS UN HASARD - Cette ville de l'agglomération lilloise accueillera jeudi la première étape de campagne du candidat à la présidence de l'UMP.

C'est le troisième acte de son grand retour médiatique. Après son message sur Facebook, vendredi, puis son interview télévisée de dimanche, Nicolas Sarkozy s'apprête à tenir un meeting. Son premier depuis la campagne présidentielle de 2012. Ce sera jeudi, à 18h30, à Lambersart, une ville de 28.000 habitants, dans l'agglomération lilloise.

Pourquoi ce choix ? D'abord, parce que l'ancien président y a été invité. C'est Marc-Philippe Daubresse, député-maire de Lambersart et président de la fédération UMP du Nord, qui lui a proposé de venir dans le Nord-Pas-de-Calais.

Un "storytelling" au poil

Marc Philippe Daubresse Reuters 1280

© Reuters

L'élu avait plusieurs arguments dans sa musette. D'abord, "c'est ici que l'on a créé l'Union en mouvement, qui permis de faire naître l'UMP", explique l'ancien ministre de Sarkozy, contacté par Europe 1. En décembre 2001, les soutiens de Jacques Chirac avaient en effet lancé cette formation destinée à rassembler la droite et le centre, enterrant du même coup le RPR et l'UDF. Exactement ce que compte faire Nicolas Sarkozy avec l'UMP et l'UDI…

"Lambersart est à un kilomètre à vol d'oiseau de la maison natale du général de Gaulle qui, dans des circonstances tragiques, a permis de sortir la France du déclin", poursuit Marc-Philippe Daubresse (photo). Là aussi, le "storytelling" est au point : il s'agit de mettre en valeur le symbole historique, au moment où Nicolas Sarkozy veut refonder une union de la droite, mais aussi revenir sur la scène politique. Un peu comme de Gaulle en 1958…

Des terres convoitées par le FN

Mais si Nicolas Sarkozy vient à Lambersart, c'est d'abord "pour le Nord-Pas-de-Calais", assure Marc-Philippe Daubresse : "c'est une région dans laquelle les socialistes ont tous les leviers locaux depuis cinquante ans et qui est en plein marasme économique. C'est aussi une région que veut conquérir Madame Le Pen". Le Front national a remporté la ville d'Hénin-Beaumont aux élections municipales de mars, raflé près d'un tiers des voix aux européennes de mai, et compte bien triompher lors des régionales de 2015.

>> LIRE AUSSI - Comment Sarkozy veut lutter contre le FN

"Le Nord est vraiment une terre de reconquête", abonde Antoine Sillani, responsable des Jeunes UMP du Nord et président de l'association Génération Sarkozy. "Trois villes étaient en lice, il a été décidé la semaine dernière que ce serait Lambersart, essentiellement pour des raisons logistiques", précise-t-il. La municipalité dispose d'une salle de sport flambant neuve (photo), pouvant accueillir 2.000 personnes. Mais les sarkozystes attendent plus de monde. "On installera sûrement des écrans à l'extérieur", indique Antoine Sillani.

Gymnase Pierre de Coubertin Lambersart MAXPPP 1280

© MAXPPP

Le mot d'ordre : sobriété

Un territoire en crise, un parfum de gaullisme, un zeste de centrisme - Marc-Philippe Daubresse est un proche de Jean-Louis Borloo -, et une menace frontiste planant dans l'air : le cocktail semble parfait. Reste à savoir ce que dira Nicolas Sarkozy, qui est resté très flou sur son projet lors de son interview télévisée. "Je pense qu'il va faire un discours fondateur, d'environ 40 minutes, qui va permettre d'affirmer les différentes valeurs qu'il veut promouvoir, et peut-être les contours d'une future formation politique", pronostique Marc-Philippe Daubresse.

L'évènement se veut très sobre, petit budget oblige. Car ce n'est ni l'UMP, ni la ville de Lambersart qui financeront l'évènement, mais l'association des Amis de Nicolas Sarkozy. La location du gymnase coûtera 1.800 euros, rapporte La Voix du Nord. Et pour battre le rappel chez les militants UMP du Nord, les mails ont été préférés aux courriers.

Côté casting, pas question d'une démonstration de force des troupes sarkozystes. "On n'est pas du tout dans une logique people, on ne vient pas faire une galerie de portraits", insiste Marc-Philippe Daubresse. Le député-maire devrait prononcer une courte introduction, tout comme ses homologues du Touquet, Daniel Fasquelle, et celui de Tourcoing, Gérald Darmanin, nommé porte-parole de la campagne de Nicolas Sarkozy. Ensuite, ce sera à l'ex-président de s'adresser à une salle qui devrait être déjà gagnée à sa cause.

>> INFOGRAPHIE - Voici la nouvelle galaxie Sarkozy