Martine Aubry et François Hollande sur le point de faire la paix

  • A
  • A
Partagez sur :

La maire de Lille, très remontée contre la politique gouvernementale depuis près de trois ans, pourrait pourtant soutenir François Hollande en 2017, après avoir obtenu des gages.

L'ÉDITO POLITIQUE

Voilà un domaine dans lequel "ça va mieux" pour François Hollande. Le président peut se féliciter d'avoir obtenu une bienveillante neutralité de la part de Martine Aubry. Après des tribunes assassines et des éructations en pagaille, la maire de Lille est décidée à lui tendre la main.

Petits calculs. Il faut dire que Martine Aubry a au moins trois bonnes raisons de calmer sa colère. La déchéance de nationalité, qui avait suscité de sa part de virulentes critiques, a été abandonnée. La loi El Khomri, qui ne la satisfaisait pas plus, a terminé son parcours parlementaire largement édulcorée. Surtout, Martine Aubry a obtenu de garder la maîtrise de son fief de Lille lors des prochaines législatives. François Hollande a en effet demandé à son ami, Bernard Roman, député de la première circonscription du Nord, de ne pas se représenter pour laisser la place au dauphin désigné de la maire de Lille, François Lamy. Quant à Patrick Kanner, l'autre régional de l'étape, qui aurait pu briguer ce poste, le président lui a garanti un siège de sénateur pour l'exfiltrer en douceur. Un deal comme il s'en passe beaucoup en politique, domaine où règne l'association de grands desseins et de petits calculs.

Hollande, dernier choix. Avec tous ces gages, Martine Aubry pourrait-elle aller plus loin et soutenir franchement François Hollande en 2017 ? C'est d'autant plus envisageable que la maire de Lille n'a pas beaucoup d'autres choix. Emmanuel Macron ? "Ras-le-bol", avait-elle lancé à son sujet, et elle n'a pas changé d'avis aujourd'hui. Manuel Valls ? C'est peut-être encore pire. Arnaud Montebourg, lui, l'a trahie à la primaire de 2011 en ralliant François Hollande entre les deux tours. Et enfin, Benoît Hamon a beau être sympathique, il a plus sa place selon elle à un congrès du PS qu'à une présidentielle. Par élimination et pour service rendu, il ne reste donc que le chef de l'État actuel.

Et pour François Hollande, ce soutien serait une véritable aubaine. Beaucoup disent qu'il a trahi la gauche. Martine Aubry pourrait être une caution de poids. Même si c'est du bout des lèvres, un signe de la maire de Lille dirait beaucoup.