Trois choses à savoir sur Myriam El Khomri, nouvelle ministre du Travail

  • A
  • A
Trois choses à savoir sur Myriam El Khomri, nouvelle ministre du Travail
Myriam El Khomri, la nouvelle ministre du Travail. @ ALAIN JOCARD / AFP
Partagez sur :

La remplaçante de François Rebsamen, âgée de 37 ans, est plutôt une spécialiste de la... sécurité.

Myriam El Khomri succède donc à François Rebsamen. La désormais nouvelle ministre du Travail, 37 ans, connaît ainsi une ascension fulgurante : au gouvernement depuis tout juste un an, en tant que secrétaire d'Etat à la politique de la Ville, elle sera désormais chargée d'incarner la lutte contre le chômage, priorité du quinquennat Hollande.

Une spécialiste de la... sécurité. Myriam El Khomri n'était pourtant pas prédestinée à ce poste. Elle est plutôt spécialiste des questions de sécurité et de justice. Adjointe à la Mairie de Paris de 2008 à 2014, cette diplômée en Droit public était en effet chargée de la protection de l'enfance, de la sécurité, de la prévention ou encore de la toxicomanie. Elle était également secrétaire nationale chargée de la sécurité au sein du PS.

"C'est une femme d'expérience qui a réalisé un travail de grande qualité auprès de Patrick Kanner depuis août 2014", a-t-on défendu dans l'entourage de François Hollande à l'appui de sa nomination. Elue dans le 18e arrondissement de Paris, cette jeune femme "connaît parfaitement les politiques de l'emploi sur le terrain qu'elles soient en direction de la jeunesse ou des quartiers", fait-on également valoir de même source.

978x489 LeLab - Jeunes politiques à suivre #5 : Myriam El Khomri (PS)

Ce n'est "pas un poids lourd". Une seule certitude : la nomination de la benjamine du gouvernement à l'un des postes clés est une surprise. Stéphane Le Foll, Alain Vidalies ou même Emmanuel Macron... Plusieurs poids lourds étaient pressentis pour le poste. Du côté du parti Les Républicains, on analyse ce choix final comme une faiblesse. Le ministère du Travail "passe au second plan": "Ce n'est pas un poids lourd (...) Je pense que c'est un mauvais signal pour nos concitoyens qui souffrent du chômage", a ainsi raillé l'un des porte-parole des Républicains Sébastien Huyghe. 

"Elle a parfaitement rempli sa tâche avec le souci d'être toujours en prise avec le terrain et à l'écoute et en dialogue avec les citoyens", défend-on toutefois à l'Elysée, notant encore qu'elle "incarne la jeunesse, une nouvelle génération et le renouvellement" au sein du gouvernement. Myriam El Khomri, citée par l'AFP, reconnaît simplement n'être "pas du tout médiatisée". "Mon plaisir, en politique, c'est d'être sur le terrain avec les élus, les habitants, les associations, et d'essayer de construire", détaille celle qui a tout de même donnée 25 interviews dans les deux mois qui ont suivi les attentats de janvier.

Myriam El Khomri

AFP


Génération Hollande. "Tout est allé extrêmement vite", reconnaît en tout cas celle qui n'a adhéré au PS qu'après le 21 avril 2002. Cette native de Rabat, de mère française et de père marocain, siège au Conseil national du Parti Socialiste depuis 2008, puis au Bureau national depuis 2012. Et son ascension au sein du gouvernement est avant tout le fait de… François Hollande lui-même. Myriam El Khomri est en effet l'une des chouchous du président. Elle fait partie de la génération que le locataire de l'Elysée veut mettre en avant, tout comme Najat Vallaud-Belkacem ou Emmanuel Macron. Tout comme François Mitterrand, le chef de l'Etat veut une "génération Hollande", une génération qui porte son nom. Myriam El Khomri pourrait en être l'une des principales représentantes.

Invité du Club de la presse mercredi, le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis a salué cette nomination. "C'est la jeune génération qui arrive aux commandes et je trouve ça très très bien", a déclaré le patron de Solférino.