Mailly répond à Mélenchon : la rue a "amené" le nazisme, elle ne l'a pas abattu

  • A
  • A
Mailly répond à Mélenchon : la rue a "amené" le nazisme, elle ne l'a pas abattu
"Si on connait un peu son histoire, c'est même la rue qui a amené le nazisme d'une certaine manière, donc il faut faire attention à ce que l'on dit", a déclaré Jean-Claude Mailly.@ bertrand GUAY / AFP
Partagez sur :

Le secrétaire général de FO a réagi aux propos que Jean-Luc Mélenchon en marge du rassemblement de La France insoumise, samedi, les qualifiant de "choquants".

Jean-Claude Mailly a jugé "choquants" dimanche les propos tenus la veille par Jean-Luc Mélenchon, le secrétaire général de FO estimant que la rue n'a pas "abattu" le régime nazi, et l'a même "amené d'une certaine manière". "Le régime nazi, c'est pas la rue qui l'a abattu, ce sont les alliés, ce sont les Américains, ce sont les Russes à une époque, etc (...) Si on connait un peu son histoire, c'est même la rue qui a amené le nazisme d'une certaine manière, donc il faut faire attention à ce que l'on dit", a déclaré Jean-Claude Mailly lors de l'émission Le Grand Jury de RTL/Le Figaro/LCI.

Mélenchon répondait à Macron. Lors de la manifestation de La France insoumise contre la réforme du code du travail, samedi à Paris, Jean-Luc Mélenchon avait répliqué à Emmanuel Macron, pour qui "la démocratie, ce n'est pas la rue", en affirmant que "c'est la rue qui a abattu les rois, les nazis, le plan Juppé et le CPE...".

Soulignant ses "divergences de fond" avec le chef de file de la France Insoumise, Jean-Claude Mailly a décrit son mouvement comme "un peu un OPNI, un objet politique non identifié. On n'arrive pas bien à situer ce mouvement, qui est à la fois politique et qui veut être syndical d'une certaine manière". Le député des Bouches-du-Rhône avait souhaité samedi "une action forte et dense" avec les organisations syndicales, disant être prêt à se "ranger derrière elles" pour "déferler à un million sur les Champs-Élysées".

"FO est un syndicat indépendant." "On ne défile jamais derrière un parti politique, même avec", a répondu Jean-Claude Mailly : "Force Ouvrière est un syndicat indépendant des partis politiques quels qu'ils soient." "Nos statuts confédéraux prévoient qu'on peut passer des alliances à un moment donné, si la démocratie est menacée. On n'en est pas là quand même", a ajouté le numéro un de Force Ouvrière, qui n'a pas participé aux journées d'action organisées par la CGT contre les ordonnances réformant le code du travail. Jean-Claude Mailly a rappelé que FO manifesterait en revanche avec les retraités le 28 septembre contre la hausse de la CSG, et avec les fonctionnaires le 10 octobre.