Macron assume sa petite phrase sur les jeunes "milliardaires"

  • A
  • A
Macron assume sa petite phrase sur les jeunes "milliardaires"
@ EUROPE 1
Partagez sur :

VIDÉO - Le ministre de l'Economie avait souhaité que des jeunes Français "aient envie de devenir milliardaires", suscitant une mini-polémique. Il s'en est expliqué, mardi sur Europe 1.

"Il faut des jeunes Français qui aient envie de devenir milliardaires". Publiée dans un entretien accordé par Emmanuel Macron aux Echos le jour de l'attentat contre Charlie Hebdo, la phrase était passée relativement inaperçue. Elle avait tout de même été épinglée par le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, le communiste Pierre Laurent ou encore des membres de l'aile gauche du PS.

>> LIRE AUSSI - Emmanuel Macron veut plus de milliardaires français

Interpellé sur cette déclaration par un auditeur d'Europe 1, mardi, Emmanuel Macron a défendu sa "petite phrase". "On m'interrogeait sur la création d'entreprises, et j'ai dit qu'il était sain dans un pays qu'en effet, des jeunes aient cette ambition de devenir milliardaires", a expliqué le ministre de l'Economie. "Qu'est-ce que je voulais dire par là ? C'est que la volonté de réussir à tout prix, et de réussir formidablement, c'est une des forces de la jeunesse, et que nous ne redresserons pas l'économie de notre pays si nous considérons que réussir, c'est une mauvaise chose".



Un "procès d'intention qu'on me fait souvent". "Certains ont voulu y voir un esprit étroit qui réduit tout à l'argent. C'est le procès d'intention qu'on me fait souvent", a poursuivi Emmanuel Macron. "Si c'était le fond de ma pensée, je n'aurais pas moi-même fait les choix qui sont les miens et qui m'ont conduit à être devant ce micro aujourd'hui".

"Je crois fondamentalement qu'une des chances de notre pays, c'est sa jeunesse, et qu'une des chances de notre jeunesse, c'est son envie, son envie furieuse de réussir, d'aller le plus loin possible. C'est cela qu'il faut encourager", a encore martelé le ministre.

>> LIRE AUSSI - Emmanuel Macron défend des "réformes historiques"

>> Regardez les réponses d'Emmanuel Macron aux auditeurs d'Europe 1 :