Loi Travail, islam, "Nuit debout" : Manuel Valls se livre

  • A
  • A
Loi Travail, islam, "Nuit debout" : Manuel Valls se livre
Le Premier ministre a donné une très longue interview au journal Libération.
Partagez sur :

Dans une longue interview publiée mercredi par Libération, le Premier ministre revient sur les thématiques autour desquelles se concentre son action politique depuis deux ans.

"J’ai toujours été de gauche". C’est ce qu’affirme le Premier ministre dans une interview de quatre pages publiée mercredi par Libération. Manuel Valls y défend notamment son action des derniers mois, évoquant son combat contre ce qu’il nomme "les cinq blocages de la France", selon lui : la peur, les corporatismes, le sectarisme politique, la précarité et les discriminations. 

> Europe 1 revient sur les quatre moments-clés de cet entretien fleuve :

  • La loi Travail

"Nous n’avons pas réussi à présenter cette réforme de manière positive, mais malgré cette erreur – il faut reconnaître les choses – nous aboutissons à un nouveaux texte utile et efficace", reconnait le chef du gouvernement alors que la protestation est en train de s’installer dans la durée. "Il a manqué […], sans aucun doute, un moments de restitution aux partenaires sociaux", concède-t-il. Mais il l’affirme : "Cette loi est favorable aux entreprises et aux salariés".

  • La "Nuit debout"

"Il ne faut pas se plaindre de voir des jeunes se réunir, agir et rêver de collectif. C’est le signe que la société française a un souffle", estime Manuel Valls. "Mon rôle est de faire que ces énergies soient associées à un travail collectif pour que cet élan soit constructif pour tout le monde." Né de l’opposition au projet de Myriam El Khomri, le mouvement "Nuit debout" revendique désormais un ras-le-bol général face à la montée du chômage et la précarisation des jeunes. "La situation de nombreux jeunes est difficile : un quart des actifs de moins de 25 ans sont au chômage. […] La jeunesse a le sentiment légitime que la société ne s’occupe pas d’elle."

Mais celui qui fut vice-président de l'Unef dans les années 1980 tient aussi à rappeler les mesures prises : l’entrée en vigueur d’une prime d’activité pour les bas salaires, le déblocage d’une allocation de 460 euros pour 400.000 jeunes ou encore un plan d’accompagnement vers la formation et l’emploi. "Cependant, je reconnais que cela ne suffit pas. Il faut aller plus loin et créer du sens pour la jeunesse toute entière."

L'islam est fondamentalement compatible avec la République

 

  • L’islam et la laïcité

"La laïcité c’est notre ADN. C’est normal que l’on en débatte. […] J’aimerai que nous soyons capable de faire la démonstration que l’islam, grande religion dans le monde et deuxième religion de France, est fondamentalement compatible avec la République, la démocratie, nos valeurs, l’égalité entre les hommes et les femmes". Début avril, Manuel Valls avait choqué, notamment au sein de sa propre famille politique, en estimant que les groupes salafistes étaient "en train de gagner la bataille idéologique et culturelle" de la place de l’islam en France. Dans les colonnes de Libération, le Premier ministre détaille : "Ce qui compte pour moi, c’est l’immense majorité de nos compatriotes musulmans qui vivent un islam serein et respectueux des valeurs de la République. Or, c’est ce 1% de salafistes qui donnent le la, notamment sur les réseaux sociaux. Il faut aider les musulmans de France à gagner cette bataille culturelle, à avoir cette force collective contre cette idéologie islamiste qui veut gouverner la vie sociale et politique."

Par ailleurs, le locataire de Matignon redit son opposition au voile, "dès lors qu’il est revendiqué politiquement de manière militante. On ne peut pas faire comme si c’était un objet de mode ou de consommation comme un autre." Et souhaiterait voir son interdiction à l'université : "Il faudrait le faire, mais il y a des règles constitutionnelles qui rendent cette interdiction difficile".

  • Vers 2017

Le ministre de l’Economie, Emmanuel Macron, a lancé la semaine dernière son propre mouvement politique, "En marche", dans l’espoir de remobiliser les Français autour de François Hollande. Une initiative qui ne se veut "ni de droite, ni de gauche", a affirmé le jeune responsable qui n’est pas encarté au PS. "Sans nier les différences entre la gauche et la droite, il est évident que l’on peut parfaitement nouer des pactes", estime Manuel Valls, "et de ce point de vue là, je suis en phase avec Emmanuel Macron. Chacun devra se dépasser."

Pour autant, François Hollande, dont la cote de popularité reste historiquement basse, est-il capable de recréer les conditions d’une candidature en 2017 ? "Je pense que tout est possible et qu’il est capable de recréer une dynamique", répond le Premier ministre. "Il faut que nous défendions son bilan, mais il lui appartient, surtout, de dire la suite, de montrer le chemin."