Logement : Duflot interpelle l'Eglise

  • A
  • A
Logement : Duflot interpelle l'Eglise
@ MAXPPP
Partagez sur :

La ministre du Logement a l’intention d’investir les appartements vides de l'archevêché de Paris.

Cécile Duflot a de la suite dans les idées. Après avoir annoncé il y a peu sa volonté de réquisitionner les appartements vacants pour répondre à la crise du logement, la ministre du Logement s’adresse désormais directement à un des grands propriétaires fonciers en l’invitant à ne pas entraver sa démarche : l’Eglise.

Sa proposition. La ministre écologiste assure dans Le Parisien avoir écrit à l'archevêché de Paris en vue d'utiliser des bâtiments "quasi vides" lui appartenant. Et elle se montre optimiste sur sa réponse : "J'ai bon espoir qu'il n'y ait pas besoin de faire preuve d'autorité. Je ne comprendrais pas que l'Eglise ne partage pas nos objectifs de solidarité", affirme-t-elle. Cécile Duflot a en effet prévu de ne pas s’adresser aux seules personnes physiques, mais également d’appliquer son dispositif de réquisition, rarement appliqué par un gouvernement, aux personnes morales.

L’Eglise, qui détient de nombreux appartements comme une enquête du Canard enchaîné l’a montré la semaine dernière, est donc concernée. Et peut-être même encore plus : "L'Eglise fait partie des personnes morales... dans tous les sens du terme !", glisse l’ancienne patronne d’Europe Ecologie - les Verts.

La réponse de l’Eglise. Contacté par Europe 1, l’Archevêché de Paris a fait part de son "étonnement" et de sa "surprise". La lettre de Cécile Duflot ? "On n’a rien reçu du tout", assure-t-on. Par ailleurs, on assure que "l’essence même de l’Eglise, c’est la solidarité". Et de rappeler le projet Hiver solidaire, avec 26 paroisses dans le diocèse de Paris qui ouvrent leurs portes, chaque soir, à 200 personnes.

Dit autrement : l’Eglise n’a pas attendu Cécile Duflot pour s’occuper de ceux qui en ont le plus besoin. Et l’Eglise fait également savoir qu’elle n’a pas autant de logements vides que ne le pense la ministre du Logement. Et quand c’est le cas, ces logements servent la journée à différentes activités (catéchisme, salles de réunions), et ne sont donc pas faciles à transformer en dortoir.

Les réactions. L'UMP, dans un communiqué de Camille Bedin, secrétaire nationale à l'égalité des chances, a recommandé à Cécile Duflot de féliciter les Eglises au lieu de les "pointer du doigt" comme "boucs émissaires" pour le nombre de sans-abri. "Plutôt que de chercher des réponses structurelles à un problème qui se pose chaque année, Mme Duflot est dans la recherche de bouc-émissaires, de gesticulations et de coups de communication pour donner l'impression d'agir... et cela avec une logique assez déconcertante : c'est parce qu'il y aurait des immeubles vides qu'il y aurait des sans-abri..."

L'Abbé Grosjean est le prêtre du Diocèse de Versailles :





Christine Boutin est la présidente du Parti Chrétien-Démocrate :





Le problème. Le nombre de locaux vacants est estimé à environ 500 000 au total par l’Insee dans les six plus grandes villes de France, soit Paris, Lyon, Marseille, Nice, Toulouse, Lille et Montpellier. Il y en aurait 2,5 millions sur l’ensemble du territoire. Un chiffre à mettre en parallèle avec celui des mal-logés. La Fondation Abbé-Pierre estime en effet à environ 685 000 le nombre de personnes dépourvues de domicile personnel, et 3,5 millions pour les très mal-logés (privation de confort, hébergement chez des tiers).