Libye : Hollande critique Sarkozy, l'UMP riposte

  • A
  • A
Libye : Hollande critique Sarkozy, l'UMP riposte
@ YOAN VALAT / POOL / AFP
Partagez sur :

LE TORCHON BRÛLE - François Hollande a estimé jeudi qu'il fallait "réparer les erreurs d'hier" en Libye. Une lourde allusion dont s'agace l'entourage de l'ancien président.

Nicolas Sarkozy, en partie responsable du drame des migrants en Méditerranée ? En marge du sommet européen extraordinaire convoqué sur ce sujet, jeudi, François Hollande a glissé une remarque acide à l'endroit de son prédécesseur. Pointant le fait que la Libye sombre "dans le chaos", le chef de l'Etat a poursuivi : "la question, c'est de savoir comment se fait-il qu'après une intervention il y a plus de trois ans et demi, il n'y ait eu aucune réflexion sur ce qui devait se passer après". Pour François Hollande, "maintenant, il s'agit de réparer les erreurs d'hier".

Le nom de Nicolas Sarkozy n'est pas cité, mais le tacle est très clair. Lorsqu'il était à l'Elysée, l'actuel président de l'UMP a été le maître d'œuvre, avec le Premier ministre britannique David Cameron, de l'intervention militaire de 2011 qui avait abouti à la chute du régime de Mouammar Kadhafi. Depuis cette opération, la Libye, livrée à une guerre entre milices et au business des passeurs, est devenue un nœud crucial du problème migratoire auquel l'Europe est confrontée.

"Pas convenable" pour l'UMP. Nicolas Sarkozy a choisi de répondre indirectement. Dans un communiqué, Pierre Lellouche, spécialiste des questions internationales à l'UMP, a dénoncé vendredi les propos de François Hollande. Il n'est "pas convenable qu'un Président de la République en fonctions, s'exprimant de surcroît à l'étranger, impute la responsabilité d'une crise internationale grave à son prédécesseur", écrit le député de Paris.

Pierre Lellouche ajoute que depuis l'intervention de 2011, François Hollande n'a "guère brillé par la moindre décision, ni sur la Libye, ni sur la crise des réfugiés". Et souligne que "la gauche avait soutenu cette intervention lors du vote de sa prolongation" à l'Assemblée nationale, en juillet 2011.

L'entourage de Nicolas Sarkozy a du mal à dissimuler une réelle tension sur ce sujet brûlant. Mais il laisse entendre que François Hollande devrait se méfier. "Nous pourrions faire le bilan du naufrage en Mali et en Centrafrique", prévient-on en référence aux opérations militaires engagées par le locataire de l'Elysée depuis 2012.

Le Pen aussi épingle Sarkozy. Avant François Hollande, Marine Le Pen avait déjà épinglé Nicolas Sarkozy sur le dossier libyen. Dès dimanche dernier, elle avait dénoncé dans un tweet la politique étrangère menée par l'ex-président, accusée d'avoir "mis le feu à la région et accru la pression migratoire".

Interrogée jeudi sur Europe 1, la présidente du Front national a enfoncé le clou. "Permettez-moi de rappeler la gigantesque responsabilité de Nicolas Sarkozy et de ses soutiens, dont le PS, dans cette situation", a-t-elle insisté. "En déstabilisant la Libye, ils ont donné le pays aux fondamentalistes et fait le lit de la catastrophe actuelle. On a sorti un dictateur mais pour mettre qui à la place ? Pour mettre des fondamentalistes islamistes qui ont installé la charia et font des meurtres de masse".

>> LIRE AUSSI - Les migrants fuient l'Erythrée, la "Corée du Nord de l'Afrique"

>> LIRE AUSSI - Migrants : pas si simple de s'attaquer aux passeurs