LGV : Ségolène Royal dénonce le "chantage" du gouvernement

  • A
  • A
LGV : Ségolène Royal dénonce le "chantage" du gouvernement
Partagez sur :

La socialiste critique l’attitude "irresponsable" du gouvernement à propos du financement de la ligne Sud Europe Atlantique.

Ségolène Royal a dénoncé le "chantage immoral" et "l'irresponsabilité" du gouvernement à propos du financement de la ligne LGV Sud Europe Atlantique, dans une lettre adressée vendredi au Premier ministre François Fillon.

"Nous avons décidé de céder à votre chantage immoral, malgré l'irresponsabilité de votre démarche", écrit la présidente de la région Poitou-Charentes. Ségolène Royal reproche au gouvernement de demander aux collectivités territoriales une participation au financement de la ligne LGV-Sud Europe Atlantique (SEA), qui traverse sa région.

"L'Etat qui gère mal a les caisses vides et rançonne la région qui gère bien et n'a pas les caisses vides", écrit la socialiste à l'adresse du Premier ministre. La présidente de région dénonce la "menace" du gouvernement de "conditionner les raccordements assurant la desserte des villes de Poitou-Charentes à l'apport financier des collectivités territoriales".

Le Poitou-Charentes avancera 110 millions d'euros (sur un total de 7,2 milliards) pour le financement de ces "infrastructures ferroviaires nationales", précise encore Ségolène Royal, qui critique au passage "les annonces du plan de relance qui ne correspondent à rien de sérieux".

La future LGV-SEA sera constituée d'un tronçon central (Tours-Bordeaux, qui doit mettre Bordeaux à deux heures de Paris en 2016) assorti des branches Bordeaux-Toulouse, Bordeaux-Espagne (en 2018-2020) et Poitiers-Limoges (en 2016).