Les livres vengeurs d'anciens ministres font-ils vendre ?

  • A
  • A
Les livres vengeurs d'anciens ministres font-ils vendre ?
Partagez sur :

Christiane Taubira publie un livre contre la déchéance de nationalité. Et si elle épargne Hollande et Valls, d’autres ministres ont pris moins de pincettes en publiant des livres à charge.

RECTIFICATIF. Nous avons écrit par erreur, suite à une incompréhension avec l'éditeur, qu'Un mouton dans la baignoire d'Azouz Begag s'était vendu à 65 exemplaires. Il s'est en fait écoulé 65.000 exemplaires de l'ouvrage de l'ancien ministre. Toutes nos excuses à l'intéressé.

Dans les étals des libraires, les livres politiques foisonnent en ce moment. Le phénomène est particulièrement marqué à droite, avec la publication des ouvrages de Jean-François Copé et de Nicolas Sarkozy à une semaine d’intervalle. A gauche, Christiane Taubira a créé la surprise en publiant lundi Murmures à la jeunesse moins d'une semaine après sa démission du gouvernement. Si l’ancienne ministre de la Justice signe là un réquisitoire contre la déchéance de nationalité, elle épargne François Hollande et Manuel Valls. D’autres ministres ont pris moins de pincettes. Après leur démission, ils ont publié "leur vérité" dans des ouvrages qui, pour quelques uns, ont viré aux vrais règlements de compte. Certains se sont bien vendus, d’autres beaucoup moins.

  • Azouz Begag et son livre au vitriol sur Nicolas Sarkozy : un énorme succès

Son livre, publié en 2007, est l’un des premiers du genre. Dans Un mouton dans la baignoire, Azouz Begag raconte ses relations très compliquées avec Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur, notamment après les émeutes françaises de 2005. Celui qui était sociologue avant de devenir ministre délégué à la Promotion de l’égalité des chances dans le gouvernement Villepin dépeint un Nicolas Sarkozy très violent. Il raconte que le futur président de la République lui lance à chaque conseil des ministres : "Ah! Tu es encore là, toi !" ou alors qu’il a menacé de lui "casser la gueule" au moment du projet de loi sur l’immigration. Le livre fait un carton en librairie. A ce jour, et selon son éditeur contacté par Europe 1, il s’est vendu à 65.000 exemplaires.

  • Le livre choc de Cécile Duflot : un joli succès 

Le titre résume à lui seul la tonalité de l’ouvrage : De l’intérieur. Voyage au pays de la désillusion (Fayard). Dans ce livre co-écrit avec la journaliste Cécile Amar et qui sort en août 2014, l’ancienne ministre du Logement charge François Hollande, "président de personne" dont elle se dit "déçue". Celle qui a quitté le gouvernement en avril 2014 après la nomination de Manuel Valls comme Premier ministre ne fait pas dans la langue de bois. "Son problème n’est pas de ne pas savoir décider, c’est de toujours vouloir trouver la solution qui ne fait pas de vagues", dit-elle de François Hollande. "Résultat, cela ne fait pas de vagues, mais cela crée un tourbillon qui aspire tout le monde vers le fond". Les lecteurs sont au rendez-vous puisque selon Fayard, l’écologiste en a vendu 25.000 exemplaires.

  • Delphine Batho, l’insoumise remerciée : des ventes moyennes

Le 2 juillet 2013, la ministre de l’Ecologie Delphine Batho est limogée. Un an et demi plus tard, cette proche de Ségolène Royal revient sur ses 13 mois au gouvernement avec Insoumise (Grasset). Elle aussi est déçue même si elle attaque moins frontalement François Hollande : "transformer l’exercice du pouvoir, c’était l’un des beaux engagements de notre campagne (...). En quelques semaines, ces beaux engagements se sont pourtant dilués. L’exercice du pouvoir a peu à peu imposé ses codes immuables". "Depuis presque trente ans, depuis mon adolescence”, écrit-elle encore, "j’attendais l’élection d’un président de gauche (...) je n’imaginais pas une telle déconvenue". Contacté par Europe 1, son éditeur nous fait savoir que la députée des Deux-Sèvres a vendu très exactement 5.958 exemplaires à ce jour. Des ventes plutôt moyennes pour un livre à charge d’une ancienne ministre.

  • L’inventaire de Rama Yade : un petit succès

Avec Rachida Dati et Fadela Amara, elle était le symbole de ces ministres femmes venues de la diversité que Nicolas Sarkozy a mis dans la lumière. En septembre 2013, l’ancienne secrétaire d’Etat aux Droits de l’Homme publie Carnets de pouvoir 2006-2013 (Ed. du Moment). Si elle ne s’en prend pas directement à l’ancien président de la République, Rama Yade dépeint une "sarkozie" obsédée par l’image. Elle règle aussi ses comptes avec François Fillon. "Il prenait tous les arbitrages en faveur de son amie", à savoir Roselyne Bachelot, qui est aussi sa ministre de tutelle. A ce jour, l'ex-conseillère régionale a vendu 9.304 exemplaires, un score plutôt honorable pour un livre politique.

  • Roselyne Bachelot et ses "carnets secrets" : un carton en librairie

Avant de devenir une star du petit écran, Roselyne Bachelot a eu une longue carrière de ministre sous Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy. De cette longue carrière en politique, elle a tiré un livre, La petite fille de la Ve. Mais c’est pour un autre ouvrage qu’elle a surtout fait parler d’elle. En 2012, elle publie A feu et à sang. Carnets secrets d’une présidentielle de tous les dangers (Flammarion). Cinquante jours après la défaite de Nicolas Sarkozy, l’ex-ministre des solidarités et de la cohésion sociale dresse un inventaire très critique de la campagne présidentielle mais aussi du quinquennat qui vient de s’écouler. Elle n’épargne personne, Nicolas Sarkozy, un président qui "monopolise la parole", certains ministres mais aussi les conseillers du chef de l’Etat : Claude Guéant, Emmanuelle Mignon et surtout Patrick Buisson décrit comme "une personnalité manipulatrice qui cherche son quart d’heure de célébrité". Bingo. Le livre attire les lecteurs. Son éditeur indique à Europe 1 qu’il s’est vendu à 45.000 exemplaires.