Lefebvre prend la défense de... Hollande

  • A
  • A
Lefebvre prend la défense de... Hollande
@ Capture Huffington Post
Partagez sur :

SOUTIEN INATTENDU - Le député UMP soutient le président François Hollande dans une tribune publiée par le Huffington Post. 

Surprise du chef. Comment se démarquer quand tout le monde tire sur la même personne ? La défendre, tout simplement. Frédéric Lefebvre, député UMP des Français d'Amérique du Nord, l'a compris et surprend jeudi en défendant François Hollande. Il dénonce notamment le "déferlement de haine" subi par le chef de l'Etat et désapprouve la "menace de grève de la gouvernance" brandie par une partie de l'UMP.

Contre le "déferlement de haine". "Oui monsieur le Président je comprends ceux qui vous en veulent de ne pas tenir vos promesses ou au contraire ceux qui vous en veulent d'en tenir certaines. C'est le débat démocratique", écrit Frédéric Lefebvre dans une tribune publiée par le Huffington Post, titrée "Respectons nos Présidents, nous les avons choisis". Mais "non monsieur le Président, je ne me satisfais pas des attaques, injures auxquelles vous êtes confronté. Pas plus hier qu'aujourd'hui, je n'apprécie le déferlement de haine sur un homme fut-il d'une sensibilité politique opposée à la mienne. Et j'aurais aimé que l'opposition ait la même retenue lors du précédent quinquennat... Je le disais déjà haut et fort à l'époque", poursuit l'ancien conseiller parlementaire, puis secrétaire d'Etat de Nicolas Sarkozy.

frederic-lefebvre

Et contre la menace de grève. "N'oublions pas que les présidents sont, comme le disait Michel Debré, la "clé de voûte de nos institutions"... Affaiblir le président, quelle que soit sa couleur politique, c'est affaiblir les institutions dont nous sommes les ardents défenseurs depuis 1958", écrit Frédéric Lefebvre. "Parce que vous avez été légitimement élu, je ne vous dénie pas le droit de gouverner", écrit-il encore à l'adresse de François Hollande. "Faut-il ajouter au déchaînement de haine de certains dans la majorité une menace de grève de la gouvernance en cas de dissolution pour chasser "manu militari" le président élu démocratiquement il y a 26 mois ? Je ne le souhaite pas pour mon pays", poursuit le député des Français de l'Etranger, alors qu'une partie de l'UMP clame qu'elle refuserait toute cohabitation avec François Hollande en cas de victoire lors d'élections législatives anticipées, de manière à provoquer dans cette hypothèse la démission du chef de l'Etat.