Gouvernement : visé par une enquête, Kader Arif démissionne

  • A
  • A
Gouvernement : visé par une enquête, Kader Arif démissionne
@ Reuters
Partagez sur :

COUP DUR - Des membres de la famille du secrétaire d'Etat aux Anciens combattants sont visés par une enquête préliminaire sur des soupçons de favoritisme dans l'attribution de marchés publics.

Le secrétaire d'Etat aux Anciens combattants, Kader Arif, a présenté sa démission à François Hollande, qui l'a acceptée, a annoncé l'Elysée vendredi. Il est remplacé à son poste par Jean-Marc Todeschini, sénateur de la Moselle.

Une enquête en cours. François Hollande a reçu vendredi Kader Arif, qui "lui a présenté sa démission afin d’apporter toutes les précisions visant à l’établissement de la vérité dans le cadre de l’enquête préliminaire menée par le parquet financier dans laquelle son nom est cité", selon un communiqué de l'Elysée. Le nom de Kader Arif est mêlé depuis septembre à une procédure judiciaire : un bureau du ministère de la Défense, dont il dépend, a été perquisitionné dans le cadre d'une enquête préliminaire sur des marchés publics attribués à des proches du secrétaire d'Etat, a indiqué jeudi une source judiciaire, confirmant une information de Mediapart.

Soupçons de favoritisme. Ouverte à Toulouse en septembre dernier, l'enquête a pour but de vérifier si deux sociétés successives d'organisation de spectacles, dirigées notamment par le frère de Kader Arif puis par ses neveux, ont pu bénéficier de favoritisme pour remporter deux marchés pluriannuels d'un montant de plusieurs millions d'euros avec la région Midi-Pyrénées. L'enquête s'attache à déterminer si les procédures d'appels d'offre ont notamment été respectées. Figure importante du Parti socialiste en Midi-Pyrénées et proche du chef de l'Etat, Kader Arif avait dénoncé à l'automne des "amalgames et des insinuations".

Qui est son successeur ? Son successeur, le sénateur Jean-Marc Todeschini, 62 ans, connaît déjà le ministère des Anciens combattants pour avoir occupé le poste de chef de cabinet de Jean-Pierre Masseret dans le gouvernement Jospin. Celui qui a été successivement instituteur, puis maître formateur à Metz et directeur de l'école d'application de Marly, en Moselle, avant de devenir inspecteur d'académie, a commencé son activité politique en 1983. Depuis cette date, il a été conseiller municipal de Talange, premier adjoint au maire, premier secrétaire de la fédération PS de Moselle depuis 1993 et conseiller régional de Lorraine depuis 1998. Sénateurs depuis 2001, il a aussi été pendant plusieurs années membre du bureau national du PS.

Le départ de Kader Arif intervient deux mois et demi après la démission de Thomas Thévenoud, resté seulement neuf jours au gouvernement. Celui qui était secrétaire d'Etat au Commerce extérieur n'était pas en règle avec le fisc. Il refuse cependant de démissionner de son mandat de député.