Le Pen : "mon objectif est d’arriver au pouvoir"

  • A
  • A
Partagez sur :

ÉMISSION E1 - La présidente du FN est sans ambiguïté sur son ambition personnelle.

L’INFO. Au lendemain de la victoire de deux candidats frontistes aux sénatoriales - Stéphane Ravier dans les Bouches-du-Rhône et David Rachline dans le Var -, Marine Le Pen était l’invitée d’Europe Midi, lundi. Au menu de la discussion avec nos auditeurs, une question : "le FN veut-il vraiment exercer le pouvoir ?"

A LIRE AUSSI - Et le Front national entra au Sénat

"C’est un tour de force". Interrogée sur le manque de poids, malgré tout, des deux sénateurs au sein de la Haute assemblée, l’eurodéputée a estimé que "c’est peu parce que c’est une élection particulière, un peu considérée comme le troisième tour des municipales. C’est un tour de force compte tenu de ce mode de scrutin. Nous y avons notre place. Leur rôle sera de créer les conditions d’un débat qui n’existe pas au Sénat. Et puis il est symbolique que nous ayons réussi à enfoncer une porte qui était verrouillée par le bipartisme."



"Être élue présidente de la République". Quant à la question de son ambition personnelle, la patronne du parti d’extrême-droite est sans équivoque : "j’ai très clairement indiqué à mes électeurs que mon objectif est d’arriver au pouvoir, d’être élue présidente de la République, pour pouvoir appliquer la politique qu’aura décidé les Français. Le seul objectif d’un mouvement politique, c’est d’être un outil pour arriver au pouvoir."

>> PORTRAIT - David Rachline, 26 ans et sénateur FN

Sans-titre-1

"Augmenter les salaires". Interpellée par une auditrice récemment mère de famille sur le sujet de l’assistanat, Marine Le Pen a estimé que "le meilleur moyen" pour inciter les Français à travailler plutôt que de rester chez eux pour toucher des aides financières, c’est que "les salaires, notamment ceux jusqu’à 1,4 fois le smic, augmentent pour élargir le différentiel qui existe entre un minima social et un smic. C’est la raison pour laquelle, pendant la présidentielle, nous avions fait la proposition de faire prendre en charge par l’Etat 200 euros de la part salariale des cotisations sociales pour pouvoir augmenter les salaires de 200 euros nets tous les salaires jusqu’à 1,4 fois le smic, sans que ceux-ci pèsent sur l’entreprise. Cette mesure aurait été financée par une contribution sociale à l’importation de 3%, ce qui était dérisoire et aurait eu un effet minime sur les parties importés."

Si j’étais présidente de la République… Un auditeur a également demandé, en cas de victoire en 2017, quelle serait les trois premières de Marine Le Pen présidente : "la première, c’est retrouver la maîtrise de notre souveraineté, cela veut dire retrouver nos frontières, donc sortir de Schengen. Ensuite, retrouver la maitrise de notre loi puisque la constitution européenne imposée par Nicolas Sarkozy et ses amis de l’UMP et du PS font que les directives européennes ont une valeur supérieure à celle de  la loi française, je ne l’accepte pas". Quant à sa troisième mesure phare, Marine Le Pen annonce vouloir "retrouver notre souveraineté économique. Je veux pouvoir avoir le droit de mettre en place un patriotisme économique en France, ce qui est interdit par Bruxelles".