Le Pen : "Le FN n’est pas une marque commerciale"

  • A
  • A
Le Pen : "Le FN n’est pas une marque commerciale"
@ Reuters
Partagez sur :

INTERVIEW E1 - Marine Le Pen envisage de changer le nom du Front national. Son père ne veut pas en entendre parler.

L’INFO. La question revient sans cesse sur la table depuis la prise du parti par Marine Le Pen, en 2011 : et si, pour en finir avec la vieille image du Front national, on en changeait le nom ? Selon France Inter, la présidente du mouvement va consulter les 75.000 adhérents pour leur demander leur avis, dans le cadre d’un questionnaire qui leur sera envoyé par voie postale après le congrès du FN fin novembre. Mais il y en a un qui ne veut toujours pas en entendre parler, c’est Jean-Marie Le Pen.

>> A LIRE AUSSI - Et si le FN changeait de nom ?

RTR3Q2K7

"Pourquoi changerait-il de nom ?" "Le changement de nom marquera l’achèvement de la mutation du parti", confie un proche de Marine Le Pen. "L’important, c’est de dédiaboliser l’étiquette du Front national qui est diabolisée en permanence par le système politique", assurait Louis Aliot, vice-président du FN et compagnon de la présidente, en décembre 2013. Le président d’honneur, lui, ne conçoit même pas que la question soit sur la table : "on comprend très bien que des partis politiques ou des entreprises qui sont en faillite change de nom. Mais un mouvement qui continue de progresser, pourquoi changerait-il de nom ? Ce n’est pas une marque commerciale ! D’ailleurs les marques de whisky ou de cognac gardent soigneusement leurs noms, en précisant ‘depuis 1815’", a-t-il assuré mercredi au micro d'Europe 1.

>> A LIRE AUSSI - 43% de bonnes opinions pour Marine Le Pen, une popularité historique

Les nouveaux ? "Tant pis pour eux !" Si Marine Le Pen envisage sérieusement de faire évoluer le nom de son parti - ce qu’elle a déjà commencé à faire avec son Rassemblement Bleu Marine -, c’est pour ouvrir les portes de son mouvement a des gens autrefois réfractaires en raison de l’image sulfureuse du "Vieux". Un argument peu convainquant pour Jean-Marie Le Pen : "Il y a un certain nombre de gens qui ne se reconnaissent pas dans ce passé là car ils viennent d’arriver. Tant pis pour eux."