Le Foll : "Celui qui voterait la censure n'a plus sa place au PS"

  • A
  • A
Partagez sur :

INTERVIEW E1 - Le porte-parole du gouvernement nie tout aveu de faiblesse de la part de Manuel Valls après le recours à l'article 49-3 de la Constitution.

L'INFO.  Mardi, Manuel Valls a marqué les esprits en engageant la responsabilité de son gouvernement sur la loi Macron. Un acte d'autorité pour les uns, une marque de faiblesse pour les autres. Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture et porte-parole du gouvernement, invité mercredi matin d'Europe 1, est à classer dans la première catégorie.

>> LIRE AUSSI - Loi Macron : et maintenant, que se passe-t-il ?

"Nous continuerons à faire des réformes". Stéphane Le Foll ne s'inquiète pas de son sort au gouvernement à la veille du débat sur la motion de censure déposée par l'opposition : "je pense qu'elle sera rejetée. Il n'y a pas de majorité alternative. C'est un signe clair qui a été envoyé aux Français. Certains ont fait des jeux de posture, que ce soient la droite ou les frondeurs, à la veille du congrès." Affaibli, le gouvernement pourra-t-il continuer à réformer ? "Nous continuerons à faire des réformes. Ce n'est pas parce que, sur ce sujet, des députés ont été jusqu'à voter contre qu'on n'a plus de majorité ! Jusqu'ici, on a toujours été capable de passer nos lois sans utiliser le 49-3, alors qu'on nous annonçait à chaque fois des risques importants."

>> LIRE AUSSI - Loi Macron : et maintenant, que se passe-t-il ?

"Rien n'a été caché". Interrogé sur le cas particulier des frondeurs, le porte-parole du gouvernement a quelque peu haussé le ton : "les soi-disant députés qui ont voté contre devront se rappeler d'une chose : ils ont été élus lors d'une présidentielle (sic), qui avait été précédé d'une primaire qui avait mobilisé trois millions de personnes. Rien n'a été caché, en particulier sur le sujet de la réduction des déficits budgétaires".

>> LIRE AUSSI - Loi Macron : et maintenant, que se passe-t-il ?

"Des décisions à prendre au niveau du PS". Faut-il prendre des sanctions contre eux ? "Il y aura des décisions à prendre au niveau du PS. On parlera. Il faudra au moins rappeler à tout le monde qu'il y a un minimum de solidarité à avoir. Celui qui voterait la censure n'a plus sa place au PS ! Voter avec l'UMP, alors là, pour des gens qui se disent de gauche, ce serait quand même un problème majeur."

>> LIRE AUSSI - Christian Paul : "Le gouvernement doit revoir sa copie"

L'intégralité de l'entretien en vidéo :



Le Foll : "Celui qui voterait la censure n...par Europe1fr