Laurent Wauquiez ne "veut pas cautionner le plan pour l'emploi" de François Hollande

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

NIET - Le président de la région Rhône-Alpes-Auvergne a justifié, mercredi sur Europe 1, son boycott d'une réunion sur l'emploi organisée à Matignon.

INTERVIEW

Il n'y est pas allé et ne le regrette pas. Mardi, Laurent Wauquiez, président de la région Rhône-Alpes-Auvergne, a refusé de se rendre à une réunion sur l'emploi prévue à Matignon. Ce rendez-vous rassemblait pourtant tous les présidents de conseils régionaux, afin de les associer à la lutte contre le chômage. "Participer à une mascarade ne grandit personne", a justifié Laurent Wauquiez au micro d'Europe 1 mercredi. "Je ne veux pas cautionner le plan de François Hollande sur l'emploi."

"Aucune mesure concrète". Selon lui, en effet, cette réunion n'était que du "cinéma". "A l'arrivée, il n'y a aucune mesure concrète", a fustigé le numéro deux des Républicains. "Ce plan consiste à prendre le maximum de demandeurs d'emploi, les bourrer dans des formations n'importe où, sur n'importe quel sujet, n'importe quand pour le moins cher possible. Le seul objectif est de dégonfler les statistiques du chômage avant l'élection présidentielle."

Le rôle crucial des régions. Présenté le 18 janvier dernier par François Hollande, ce plan d'urgence pour l'emploi prévoit notamment de donner la priorité à la formation des chômeurs et à l'apprentissage. Y figurent également des aides financières à l'embauche pour les entreprises de moins de 250 salariés, une esquisse d'assouplissement des 35 heures et la préservation d'aides aux entreprises déjà existantes (le Crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE) et le Crédit impôt recherche (CIR). Le président avait également souligné le rôle crucial des régions dans la mise en oeuvre de ce plan et exprimé la volonté de leur accorder plus de marges de manœuvre. 

"Un vrai plan". Mais pour Laurent Wauquiez, ces mesures, dont le coût a été évalué à 2 milliards d'euros, relèvent de "l'assistanat", et non du "retour à l'emploi". "Je refuserai des sommes destinées à cautionner un plan qui ne consiste qu'à mentir à des demandeurs d'emploi", a prévenu le président de Rhône-Alpes-Auvergne. "Dans notre région, on va construire un vrai plan."

>>Retrouvez l'interview de Laurent Wauquiez en intégralité :


Plan pour l'emploi, crise agricole et déchéance...par Europe1fr