Défaite du PS dans l’Aube : les militants très inquiets

  • A
  • A
Défaite du PS dans l’Aube : les militants très inquiets
@ MAXPPP
Partagez sur :

REPORTAGE - Les militants socialistes ont très mal digéré la défaite lors de la législative partielle dans l’Aube. 

Il n’y aura pas de candidat socialiste au second tour de la législative partielle dans l’Aube, organisée pour assurer la succession de François Baroin, devenu sénateur. Le PS a subi une claque dimanche en ne recueillant que 14,69% des voix, laissant le candidat UMP Gérard Menuel (40,76%) et le Frontiste Bruno Subtil (27,64%) s’affronter au second tour. Le parti de la rose a perdu 14 points par rapport à l’élection de 2012.

>> LIRE AUSSI - Législative partielle dans l'Aube : grosse claque pour le PS

Le logo du PS en tout petit. Le candidat PS Olivier Girardin est devancé dans tous les cantons par le FN, sauf dans celui de la Chapelle-Saint-Luc dont il est maire et où il arrive en tête. Première explication du revers socialiste, la taille du logo du PS, à peine visible sur les affiches de campagne. "La rose n'est pas très tendance en ce moment", confie un militant dépité.

"On paye la politique affreuse du gouvernement". Alexandre, lui, pense déjà aux prochaines échéances électorales et craint le pire. "Les résultats de la présidentielle à venir, on commence déjà à les sentir. On paye une politique affreuse du gouvernement qui n’a pas été foutu d’être de gauche au moment où les Français, en 2012, on voté à gauche". Et d’en rajouter une couche sur la scission au sein du PS. "Arrêtez de diminuer l’importance des frondeurs socialistes, ils sont de plus en plus nombreux".

Baroin-2012-Reuters-1280

© François Baroin était député de la 3e circonscription de l'Aube depuis 2012. (REUTERS)

Le FN veut y croire. Extrêmement déçus, les militants socialistes appellent à faire barrage au FN en votant pour l'UMP dimanche prochain. Mais malgré cela, le candidat de l'extrême-droite Bruno Subtil pense déjà au meilleur des scénarios. "Il est bien évident que nous profitions d’une dynamique nationale", concède-t-il. "Nous ne sommes pas favoris mais on peut espérer, au minimum, une augmentation significative du nombre de votes et pourquoi pas la victoire…"

Le PS déjà au travail. Pour l’emporter dimanche prochain au second tour, le candidat du FN devra déjà réussir à mobiliser davantage les électeurs. Et pour cause, le taux d'abstention s'est approché des 80% au premier tour. De leur côté, les militants socialistes ne veulent pas baisser les bras. Ils veulent déjà repartir tracter sur les marchés de la région. Pour mieux préparer un avenir qui s’annonce très sombre.