"Je vous achète une kalachnikov"

  • A
  • A
"Je vous achète une kalachnikov"
@ MAXPPP
Partagez sur :

TOUT EST DIT - Nicolas Dupont-Aignan s'interroge : que se passerait-il si toute la France ressemblait à Marseille ?

Tous les matins, Laurent Guimier et la rédaction d'Europe 1 sélectionnent pour vous le meilleur des déclarations et des petites phrases politiques du jour.

 Depuis la tuerie de Toulouse, beaucoup s'interrogent sur l'usage qu'on peut faire d'internet. Ce lundi, Nicolas Sarkozy, candidat à la présidentielle, pointe l’influence qu’a eu le web dans l’affaire Merah. Souvenez-vous, la semaine dernière, il avait annoncé des mesures contre ceux qui consultent les sites radicaux. Ce matin, il rappelle que l'auteur de l'attentat de Marrakech avait découvert sur internet la façon de faire une bombe. Le web, c'est la bête noire de Nicolas Sarkozy

Il y en a un qui va se faire des amis à Marseille, c’est Nicolas Dupont-Aignan. Comme tout le monde, le candidat souverainiste a parlé du commerce des armes qui fleurit dans les quartiers. Alors pour étayer sa démonstration, il cible une ville : "Est-ce qu'on veut que toute la France soit comme Marseille ?" s'insurge le président de Debout la république. Les Marseillais apprécieront. 

Il est temps de tourner la page, c’était l’hymne du Parti socialiste au tout début de la campagne. Et bien figurez-vous que l’entourage du candidat PS l’entonne de nouveau ce lundi. Pour le directeur de campagne de François Hollande, l’affaire Merah est très importante. Mais il faut aussi parler d’autre chose. "Les Français ont envie qu'on se tourne vers eux" a affirmé Pierre Moscovici sur le plateau de iTélé. Pour le socialiste, le changement de campagne, c’est maintenant !

On termine avec le pari du jour. C'est Florian Philippot, le directeur stratégique de la campagne de Marine Le Pen qui se lance. Vous le savez, sa candidate ne décolle plus dans les sondages. Elle est même dépassée par Jean-Luc Mélenchon, qu’on présente de plus en plus comme le troisième homme. Pas de panique. Pour le proche de Marine Le Pen, il ne s'agit que d'une "bulle" sur le point d'éclater. Même pas peur !