Impôts : Hollande promet le prélèvement à la source pour 2018

  • A
  • A
Impôts : Hollande promet le prélèvement à la source pour 2018
François Hollande au Mans, le 13 juin 2015.@ GUILLAUME SOUVANT / AFP
Partagez sur :

Le prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu sera "engagé dès 2016 pour être pleinement appliqué en 2018", déclare le chef de l'Etat.

François Hollande le confirme dans une interview à Sud Ouest Dimanche : le prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu sera "engagé dès 2016 pour être pleinement appliqué en 2018".

"Ça ne peut pas se faire en moins de trois ans". Faisant valoir qu'il s'agissait d'une réforme "attendue par les Français et souhaitable pour l'État", le chef de l'État a souligné que le prélèvement à la source ne devait "pas compliquer la vie des entreprises et encore moins solliciter le contribuable". Cette réforme, selon lui, "doit donc être bien menée pour être bien mise en oeuvre, étape par étape, et ça ne peut pas se faire en moins de trois ans".

Comme on lui demande si elle se traduira par une "année blanche", le chef de l'État l'assure sans plus de précisions: "nous préparons un projet qui garantira que nul n'ait à perdre quoi que ce soit, ni les Français, ni l'État." Cette "année blanche" verrait les contribuables payer l'impôt sur leurs revenus de l'année de mise en oeuvre de la réforme et non sur l'année précédente comme le veut la règle jusqu'à présent.

Quant à la fusion de l'impôt sur le revenu et de la CSG, une promesse de campagne, le président Hollande élude la question. "La priorité, c'est la baisse des impôts des Français", souligne-t-il, réaffirmant que "dès cette année, plus de neuf millions de ménages vont voir diminuer leur impôt sur le revenu".

"Le pacte de responsabilité doit être respecté". "Si nous voulons qu'il y ait demain de nouvelles réductions de prélèvements, il nous faut plus de croissance, plus d'emplois, plus d'investissements. C'est la raison pour laquelle la politique du gouvernement consiste à encourager la production, pour permettre plus de redistribution", ajoute-t-il. Une politique symbolisée notamment par le pacte de responsabilité, dont François Hollande affirme qu'il "doit être respecté" car "c'est la parole de l'Etat qui est en cause", alors que la signature d'accords de branche entre syndicats et patronat reste laborieuse.