Immigration : "Il y a l'amorce d'un remplacement", selon Nicolas Dupont-Aignan

  • A
  • A
Partagez sur :

Le candidat à l'Elysée refuse d'adhérer aux théories de l'essayiste d'extrême droite Renaud Camus, théoricien du "grand remplacement", mais tient toutefois à dénoncer les conséquences "d'un flux d’étrangers toujours plus fort dans notre pays".

INTERVIEW

Partisan d'une politique migratoire ferme, et souvent ciblé pour sa proximité idéologique avec le FN, Nicolas Dupont-Aignan, invité mercredi de la matinale d'Europe 1, a refusé de cautionner la théorie du "grand remplacement" définie par Renaud Camus, essayiste identitaire passé par les rangs frontistes, même si le candidat à la présidence de la République concède, selon lui, "l'amorce d'un remplacement".

Une théorie "édictée par des dingues". La thèse largement polémique du "grand remplacement", édictée par "des dingues" selon le mot de Nicolas Dupont-Aignan, développe l’idée d’une prétendue substitution de la population caucasienne française par les populations issues d’Afrique, et ce avec l’appui de la classe dirigeante. "J’ai dit que, quand on supprimait les aides aux familles, comme l’a fait le gouvernement socialiste, ce qui était une politique essentielle pour la natalité française qui est en baisse, et qu’en même temps on avait un flux d’étrangers toujours plus fort dans notre pays, il y avait l’amorce d’un remplacement", a expliqué le leader de Debout La France.

"Il n'y aura jamais d’immigration zéro". "Il y a l'amorce d'un remplacement", soutient-il, même s'il réfute toute appartenance à la mouvance identitaire. "Vous croyez que moi, maire d’une ville de banlieue, réélu trois fois à 80% des voix dans une ville qui votait socialiste à 65%, vous croyez un instant que moi, comme gaulliste républicain, je puisse être identitariste ?", s'indigne-t-il. "Je pense que, pour donner un destin à nos enfants, quel que soit leurs origines, et notamment pour les enfants d’étrangers de nos quartiers, qui sont Français, je pense qu'il faut fortement limiter l’immigration. Il n'y aura jamais d’immigration zéro", a encore déclaré Nicolas Dupont-Aignan.

Une "identité française menacée". "J’ai un programme raisonnable pour une maîtrise de l’immigration, parce que l’on ne peut pas continuer à déstabiliser la société française ainsi", estime le député-maire d’Yerres. Je pense que l’identité française est menacée par le laxisme et l’absence de contrôle migratoire", conclut-il.

.