Ils n’ont jamais voté à gauche mais… Mélenchon les a séduits

  • A
  • A
Ils n’ont jamais voté à gauche mais… Mélenchon les a séduits
@ François LO PRESTI / AFP
Partagez sur :

Venus du FN ou de la droite traditionnelle, ils se retrouvent désormais davantage dans le leader de la France insoumise.

Cela fait un an que le candidat de la France Insoumise a lancé sa campagne dans toute la France, avec à chaque fois beaucoup de monde dans ses meetings. A tel point que le candidat commence ses discours dehors, sur une estrade. Et dans la foule, il y a des électeurs séduits qui n'ont précédemment jamais été à gauche.

"Je ne suis pas ouvrier, je suis chef d’entreprise". Une affiche du candidat Mélenchon entre les mains, Jean-Marc, Strasbourgeois de 50 ans, patiente dans file d'attente d'Insoumis. C'est son premier meeting politique, Jean Luc Mélenchon dit-il l'a transformé : "il faut savoir que c’est la première fois de ma vie que je vais voter à gauche. J’ai toujours voté à droite. Je ne suis pas ouvrier, je suis chef d’entreprise et aujourd’hui, je ne trouve aucun candidat capable de représenter la France, à part Mélenchon car je trouve que c’est lui le plus sincère".

Même changement chez David, 24 ans, en 2012 il a voté Nicolas Sarkozy : "j’aimais bien la prestance de l’homme. Le discours semblait juste, cohérent, mais ce n’était pas ça. Mélenchon aussi a de la prestance, il parle bien. Depuis que j’ai lu son livre, cela m’a fait changer complètement".

>> LIRE AUSSI - Parité, jeunesse, société civile : à quoi ressemblent les candidats de la France insoumise ?

Le seul candidat qui tient "un discours humaniste". Quant à Raphael, ancien électeur centriste, il a posé une journée de RTT pour voir le candidat de la France Insoumise : "le centre n’est plus vraiment le centre. Dernièrement, le centre est plus orienté à droite, un sponsoring de la droite".

Et, plus surprenant encore, quelque uns ont été autrefois dans les rangs du FN, explique Nicole : "ah oui, il y en a qui s’intéressent, qui voudraient un gouvernement à poigne". Donc un homme "fort",  le seul candidat qui tient aujourd'hui, dit-elle, "un discours humaniste".