Hollande : un geste à un milliard pour les maires

  • A
  • A
Hollande : un geste à un milliard pour les maires
@ MARTIN BUREAU / AFP
Partagez sur :

Le président de la République a annoncé devant le congrès des maires de France une diminution "de moitié de l'effort demandé aux communes" en 2017. 

François Hollande était particulièrement attendu jeudi au congrès de l'association des maires de France (AMF). Le président de la République a répondu partiellement aux demandes de ces élus locaux, confrontés depuis 2014 à une baisse sensible de la dotation de l'Etat. Il a ainsi annoncé une diminution "de moitié de l'effort demandé aux communes" en 2017. En clair, l'Etat, qui devait baisser de 2 milliards cette fameuse dotation, ne la réduira que d'un milliard l'an prochain.

"L’identité communale est la matrice de l’identité nationale". Après un discours offensif de François Baroin, président de l’AMF, qui a rappelé pourquoi selon lui cette baisse des dotations était "injuste", le président de la République a pris la parole face à une assemblée particulièrement attentive. Alors que quelques sifflets avaient accueilli l’arrivée du chef de l’Etat au parc des Expositions de la porte de Versailles à Paris, l’assistance est restée silencieuse dans l’attente des annonces du président de la République. Qui a tout fait pour conserver cette bienveillance attentive par un hommage appuyé aux maires. "Je considère que l’identité communale est la matrice de l’identité nationale", a-t-il notamment déclaré.

"On peut juger que ce n’est pas assez. Certains diront que c’est trop". Puis est venu le temps des décisions, d’autant plus attendues que des fuites avaient été savamment orchestrées dans la presse ces derniers jours. "Les communes ont fait preuve de responsabilité. Les dépenses de fonctionnement ont été maîtrisées. Je sais que la situation de vos collectivités est tendue. Alors j’ai décidé de diminuer de moitié les efforts demandés aux communes et intercommunalités en 2017", a-t-il lancé sous les applaudissements, suivis immédiatement de sifflets. "On peut juger que ce n’est pas assez. Certains diront que c’est trop. Pas ici, ailleurs. Ici, je n’en connais pas", a-t-il répondu. "J’ai considéré que ce que je pouvais faire était ce que je pouvais honorer, financer, faire supporter. Au lieu de 2 milliards en moins de dotations, il n’y aura plus qu’un milliard de moins pour le bloc communal."

200 millions de plus pour le fonds d'investissement d'urgence. François Hollande a par ailleurs annoncé la reconduction en 2017 du fonds d'investissement d'urgence pour les communes, qui sera "porté à 1,2 milliard d'euros", contre un milliard actuellement. "Sur cette nouvelle enveloppe, 600 millions seront consacrés aux priorités que l'Etat partage avec vous en matière d'investissements, transition énergétique, logement, accessibilité des bâtiments, et 600 millions pour les petite villes et la ruralité", a-t-il précisé. Le chef de l'Etat a enfin annoncé "une loi spécifique" pour la réforme de la Dotation globale de fonctionnement (DGF), principale contribution de l'Etat aux collectivités. Il s'agissait là de l'une des nombreuses revendications des maires. Toutes n'ont pas été entendues, mais la grogne devrait être contenue.