"Je vais vous dire qui est mon adversaire, mon véritable adversaire", a lancé François Hollande lors de son premier meeting de campagne dimanche au Bourget. "Il n'a pas de nom, pas de visage, pas de parti. Il ne présentera jamais sa candidature. Il ne sera pas élu. Et pourtant, il gouverne", a ajouté le candidat socialiste à l'élection présidentielle. "Mon adversaire, c'est le monde de la finance", a lancé François Hollande.

"En 20 ans, la finance a pris le contrôle de nos vies. En une fraction de secondes, il est désormais possible de déplacer des sommes astronomiques, de faire tomber les banques. Les G20 se sont succédé sans résultat tangibles. En Europe, seize réunions de la dernière chance n'ont jamais rien donné. Les banques, sauvées par les Etats mangent la main de ceux qui les ont nourri. Ainsi la finance s'est affranchie de toute règle, de toute morale, de tout contrôle", a-t-il ajouté.