Hollande va blinder le budget de la Défense

  • A
  • A
Hollande va blinder le budget de la Défense
@ BERTRAND GUAY / AFP
Partagez sur :

LA PRIORITÉ, C'EST LA SÉCURITÉ - Le président a décidé de débloquer 3,8 milliards d'euros supplémentaires pour assurer la sécurité des Français. 

Le président a finalement privilégié la Défense aux Finances. A l'issue d'un Conseil de défense réunissant les principaux responsables politiques et militaires, François Hollande a annoncé mercredi que 3,8 milliards d'euros de crédits supplémentaires seront débloqués pour le budget de la Défense d'ici 2019. Une enveloppe destinée notamment à renforcer la sécurité nationale face à la menace terroriste.  

7.000 militaires restent mobilisés. Après les attentats de Paris début janvier, le chef de l'Etat a exigé de pouvoir disposer d'une force permanente de 7.000 militaires pour contribuer à la sécurité sur le territoire national en soutien des forces de police. Mercredi matin, il a confirmé le prolongement de l'opération antiterroriste intérieure, baptisée Sentinelle, avec le maintien de la mobilisation de 7.000 militaires. 

Plus de moyens pour la cyberdéfense et le renseignement. Le budget de la Défense, qui est en 2015 de 31,4 milliards d'euros, va bénéficier de "3,8 milliards supplémentaires" entre 2016 et 2019. Cette augmentation visera les dépenses en personnels et en équipements dont l'armée française a besoin pour s'adapter aux nouveaux défis posés par la menace terroriste. François Hollande a notamment évoqué la nécessité d'accorder plus de moyens à la cyberdéfense et au renseignement.

18.500 postes menacés de suppression finalement préservés. La Loi de programmation militaire 2014-2019 prévoyait la suppression de 34.000 emplois. Au final, 18.500 seront préservés. Le ministère de la Défense va pouvoir en conséquence faire passer le réservoir de forces terrestres pouvant être déployées sur le terrain de 66.000 militaires aujourd'hui à 77.000. 

>> LIRE AUSSI - Conseil de défense : Hollande va devoir trancher

>> LIRE AUSSI - Cinq attentats "déjoués" en France depuis janvier, affirme Valls

>> LIRE AUSSI - Hollande : "nous sommes toujours sous la menace terroriste"