Hollande veut un plan pour lutter contre l'antisémitisme

  • A
  • A
Hollande veut un plan pour lutter contre l'antisémitisme
@ AFP/MARTIN BUREAU
Partagez sur :

HOMMAGE - Le chef de l'Etat s'est rendu mardi au Mémorial de la Shoah à Paris pour le 70e anniversaire de la libération des camps Auschwitz-Birkenau. 

La France "n'oubliera jamais" les victimes de la Shoah, a promis mardi François Hollande lors de son allocution au Mémorial de la Shoah à Paris où il a notamment rendu hommage aux 76.000 Juifs de France déportés sous le régime de Vichy. A l'occasion du 70e anniversaire de la libération des camps Auschwitz-Birkenau, le chef de l'Etat a tenu à réaffirmer son soutien et celui de la "patrie" aux Juifs Français. 

Hollande-Memorial-Shoah-640

© AFP

Le "plus grand crime jamais commis contre l'humanité". "Je sais ce qui vous tourmente : qui parlera quand vous ne serez plus là ? Je vous fais cette promesse : la République française n'oubliera jamais", a déclaré mardi matin le président français, s'adressant aux survivants de la déportation. Hollande a rendu hommage aux victimes du "plus grand crime jamais commis contre l'humanité". Le chef de l'Etat s'est entretenu avec cinq déportés et cinq jeunes lycéens travaillant (en photo ci-contre) sur les lieux de mémoire en France.

Des sanctions renforcées contre l'antisémitisme. "Le gouvernement de Manuel Valls a pris les dispositions qui convenaient pour que les synagogues, les commerces, les écoles, les centres culturels de la communauté juive soient protégés", a rappelé le chef de l'Etat. Et de se montrer encore plus ferme : "je veux aller plus loin, en améliorant la visibilité et l'efficacité des sanctions : ce qui supposera de généraliser la caractérisation raciste et antisémite comme circonstance aggravante d'un délit, et sortir la répression de la parole raciste et antisémite du droit de la presse pour l'intégrer au droit pénal général". 

Auschwitz nazi 640

© Reuters

Un plan de lutte contre le racisme et l’antisémitisme présenté fin février. François Hollande a également annoncé mardi que le gouvernement présenterait "d'ici la fin du mois de février un plan global de lutte contre le racisme et l'antisémitisme". "Sécurité", "transmission" vers les jeunes générations et "régulation du numérique" seront les principes de ce plan, a-t-il détaillé dans son allocution au Mémorial de la Shoah.

>> LIRE AUSSI - Comment aborder la Shoah à l'école ? 

"La Shoah doit pouvoir être enseignée partout". Évoquant "le rôle de l'école" et la "nouvelle alerte" que représentent les perturbations des minutes de silence dans certaines écoles après les attentats, le chef de l'Etat a déclaré : "l'un des instruments pour désamorcer cette ignorance, c'est l'enseignement de l'histoire de la Shoah". Et d'ajouter : "elle est au programme du CM2, de la 3ème, et de la 1ère. Elle doit pouvoir être enseignée partout, sans aucune restriction".

>> LIRE AUSSI - L'alyah, une envie plus forte depuis les attentats

Hollande a voulu aussi rassurer les juifs de France. Cette journée d'hommage intervient trois semaines environ après les attentats de Paris, dont une prise d'otage sanglante dans un supermarché casher de la capitale, et alors que le Conseil représentatif des institutions juives de France a annoncé mardi que le nombre d'actes antisémites avait doublé en France en 2014 par rapport à 2013. Le "fléau" de l'antisémitisme "conduit certains Juifs à s'interroger sur leur présence en France. Vous, Français de confession juive, votre place est ici. La France est votre patrie", a expliqué François Hollande au Mémorial de la Shoah.  

Auschwitz-1280x640_scalewidth_906

© Plus de 1,1 millions d’hommes, de femmes et d’enfants sont morts à Auschwitz (AFP).

Hollande se rendra ensuite à Auschwitz. Le chef de l'Etat doit ensuite se rendre dans l'après-midi à Auschwitz à l'occasion du 70e anniversaire de la libération des camps de la mort nazis.